Est mauritanien : De plus en plus de patients consultent les centres de santé au Mali (Exclusif)

La fréquence des patients mauritaniens des régions orientales du pays  qui se consultent dans les centres de santé de la République du Mali a récemment augmenté en raison de la détérioration des services de santé mauritaniens  et de la proximité des centres de santé maliens , par rapport à la capitale Nouakchott mais aussi  de l’attention portée aux visiteurs de ces centres.

Selon des sources de Zahra Chinguet, de nombreux habitants de Basiknou, Amourj, Adel Baegrou, Timbedgha, Aioune et Aweinatt zbel , ont tendance à se rendre dans les centres de santé voisins, tels que Nouara, Anouar et Bamako.

Certains se rendent dans des centres de santé situés dans la campagne malienne, car  leur efficacité est de plus en plus importante ,comparée à celle des centres urbains de l’est de la Mauritanie.

Bien que l’État mauritanien ait ouvert plusieurs centres de santé et certains hôpitaux au cours des dernières années, la grande pénurie de spécialistes, la médiocrité des soins des examinateurs, la surpopulation et la distance qui sépare les villes de l’est et de la capitale, Nouakchott, ont compliqué la vie des patients et les a poussé  à se rendre dans le territoire voisin .

Le  reporter du site Web Zahra Chinguet a cité des sources du centre administratif « Bousstaila »,qui  affirment que les femmes enceintes, qui se rendent à Néma  distante de 187 km pour voir le médecin, peinent et perdent beaucoup de temps d’attente pour obtenir un rendez vous . Elles peuvent  rester plus d’une semaine à attendre un Rendez-vous médical.
Il n’ya pas de gynécologue dans le centre de santé de Timbedgha  et l’ophtalmologiste se rend dans la moughataa  une fois par semaine.

.
Cela approfondit la tragédie de la population dans de vastes zones de la Wilaya , comme pour les malades de Djiguenni, Avreina, , Aweinatt Zbel , Boustaila, Adel Begrou
Il n’y a pas de médecin spécialisé dans les maladies des yeux dans tout le Hodgh El Gharbi  .
Il y a quelques semaines, des milliers de personnes ont consulté un médecin, Hamah Allah Ould Sid Elemine, pendant ses vacances annuelles, après que ce dernier  ait  décidé de réaliser 60 chirurgies à ses propres frais.
Les bureaux du centre de santé – hôpital d’Aioun  – ont failli s’effondrer sous la pression causée par le nombre de patients  qui sollicitent  une chance, bien que les efforts personnels du médecin aient été incapables d’absorber le nombre  des malades venus à  l’hôpital public sans mobilisation ni préparation.
Certains mauritaniens, accidentés de la route,  femmes enceintes et  personnes souffrant de maladies internes se rendent dans les centres de santé du Mali pour y être traités, bénéficiant ainsi de coûts d’hébergement plus bas que ceux d’autres pays.

 

Source : http://zahraa.mr/node/21411

Traduit par adrar.info

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire