Détente : Ce que le Président Ghazouani et Biram ne se sont, probablement, pas dit

L’image contient peut-être : 2 personnes, dont Ely Salem, costume-Bonjour Biram, vous êtes un des principaux éléments qui ont le plus perturbé l’ordre public et menacé la paix sociale, au cours des dix dernières années. Comme je souhaite faire de mon mandat une ère de paix et de cohésion sociale, j’ai voulu savoir si vous êtes disposés à participer à la réalisation de cet objectif.
-Si vous reconnaissez mon mouvement IRA, que vous m’accordez le rang et les avantages auxquels me donne droit mon Score de second, après vous, aux élections Présidentielles, je peux envisager de collaborer avec vous.
-J’avais voulu éviter de parler de politique et d’élections avec vous, parce que j’en ai parlé avec le Président de votre Parti, Sawab
-Mon Parti, c’est IRA, pas Sawab, qui n’est qu’un allié politique.
-Je vous ai reçu en votre qualité de citoyen appartenant à une couche sociale qui a longtemps été désavantagée aux plans économique et social, que j’appelle « EL MAGHBOUNINES » et à laquelle j’accorde une grande attention pour réparer ces injustices. Quant à la reconnaissance des partis ou mouvements politiques, cela relève directement du Ministère de l’Intérieur.
-Quand IRA sera reconnue, nous en reparlerons
-En attendant, je vous demanderais d’éviter de faire perturber le calme et la cohésion sociale, que je tente d’instaurer

 

Ahmed Limdessem

7

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire