A partir de demain, je veux voir tout le monde cheveux courts, et les barbes bien rasées,

Resultado de imagen de soldats mauritaniensLe puissant claquement des talons fit relever son regard au Lieutenant.
- Sergent Zram, matricule 45210, à vos ordres mon lieutenant.
la main droite de Zram revint taper énergiquement sur la cuisse et le Sergent resta immobile dans la position du garde-à-vous, le buste droit, la tête fièrement relevée et le regard fixant sans détour celui du lieutenant assis sur un lit Pico. Un sergent dynamique de prime abord pensa le Lieutenant qui se releva pour rendre le salut au sergent.
- Repos sergent, dit le Lieutenant, je suis content de t’avoir parmi nous et je te souhaite la bienvemue, en espérant que tu passeras un bon séjour parmi nous. Tu auras suffisament de temps pour te rendre compte que la vie dans la réalité est un peu différente de ce que l’on enseigne dans les centres et les écoles, mais ne t’en fait pas tu t’y adapteras rapidement. Je vais te confier un groupe de combat du premier peloton commandé par le Lieutenant Taher. Je veux que tu puisses prendre correctement tes hommes en main et d’en faire un groupe de combat véritablement opérationnel.
- Bien reçu, mon lieutenant, vous pouvez compter sur moi.
- Très bien sergent, le chef de peloton est absent pour deux jours et le peloton est momentanément tenu par un caporal. Tu prendra en compte le peloton en attendant le retour du Lt, voilà ton message de mutation en qualité de chef de groupe feu . Tu peux disposer maintenant.
Zram rectifia sa position, prit le message, effectua un salut strict, fit un demi-tour impeccable, sortit de la tente de commandement puis se dirigea vers le peloton.
Zram s’arrêta devant la tente du chef de peleton, posa son sac marin à terre et appela de sa terrible voix:
- Caporal à moi!
Un homme sortit pieds nus de l’une des tentes de groupe, et se dirigea nonchalemment vers Zram en boutonnant sa veste, le ceinturon sur une épaule.
Le regard terne du caporal remarqua le grade de sergent sur la poitrine de Zram.
- Oui sergent?
- Mais c’est quoi ce bordel, c’est comme cela qu’on t’as appris à te présenter devant un supérieur, débraillé et marchant comme le glandu lamentable?
- Sergent, ici…
- Caporal, je ne te demande rien du tout, tu as cinq minutes pour te mettre en tenue correcte et me présenter le peloton rassemblé, compris? Exécution ! et que ça saute!
Le caporal, secoué par la terrifiante voix et les yeux étincelants de Zram balbutia quelque chose et se dirigea d’un pas rapide vers une tente d’où il sortit une minute plus tard en tenue correcte , un PM Mat 49 á la bretelle , sifflant à se rompre les carotides.
- P1, rassemblement!
Les soldats sortirent des tentes dans un désordre indescriptible, qui les rangers à la mains, qui en samaras, qui sans casquette, faisant montre de la plus grande nonchalance. Zram à distance regardait impassible la scène.
- En ligne, sur trois rangs, au coude-à-coude, à droite….alignement!.
L’exécution vint des plus molles.
- P1 rassemblé, à vos ordres sergent!
Zram bomba la poitrine, afficha un air martial, et procèda à une revue du peloton, en s’arrêtant devant certains soldats pour leur faire sentir leurs défaillances, puis prit place en face du peloton, rendit le salut au caporal puis au peloton.
- Repos! commanda Zram. Je me présente: Sergent Zram, je suis le nouveau chef de la patrouille feu.
Il s’arrêta pour voir l’effet de sa déclaration. Les soldats se regardèrent mi-figue mi-raisin avec des sourires sous cape.
- Je vous le dis tout de suite, je ne suis pas du tout content de certaines attitudes que je viens de noter. Des mecs qui se presentent au rassemblement, balli-ballants, semelles molles, débraillés, des garde-à-vous cheval, des cheveux de yéyé. Alors là, les mecs c’est des choses que le sergent Zram ne tolère pas. Il va fallor faire un petit effort pour changer un petit chouia les habitudes, si vous voulez que l’on s’entende.
Un soldat éclata de rire.
- Boucle-la, hurla Zram! T’a pas fini de faire l’andouille toi? A partir de demain, je veux voir tout le monde cheveux courts, et les barbes bien rasées, pour les barbus, les barbes bien arrangées. Quand on sort de la tente, on sort en tenue correcte, l’arme à la bandoulière et les déplacements doivent dégager l’énergie. Sur les rangs, on se comporte correctement. Quand un grade donne les ordres on doit entendre les claquements à sept lieues à la ronde. Pas de tchatch inutile. C’est pigé les mecs?
Zram attendit un moment puis reprit son monologue.
- Nous sommes ici pour une mission bien précise, défendre la patrie, c’est-à-dire détruire l’ennemi. Tous nos efforts doivent être concentrés sur cette mission et pour cela nous avons besoin de combattants , pas de brelles. Nous sommes appelés à agir isolés pour exécuter des missions parfois loin de l’escadron, en engageant éventuellement le combat, pour cela nous avons besoin de la discipline, sinon c’est le chaos. C’est bien pigé les mecs? Bien, j’espère qu’on s’est compris. Alors caporal fais rompre les rangs et refais-moi un rassemblement qui ressemble à quelque chose.
Des éclats de rire fuserent d’un peu partout.
- Mais d’où est-ce qu’il sort ce phénomène, dit une voix.
- C’est l’entrain du berger, repliqua une autre.

Mohamed lemine Taleb Jeddou
ZRAM ou La Saga des Mreiba

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire