Grave crise à la direction générale de la TVM (Al Mouritaniya) , le parlement s’y implique…

La chaîne de télévision publique mauritanienne connait une aggravation de la crise administrative, qui l’ a secoue  ces derniers jours, à la suite  des dernières  nominations decretées par le directeur général Abdellah Ould Ahmed Damou.

Ces nominations désignent  des  nouveaux directeurs à la tête des 2  chaînes:  parlementaire ( al Barlemaniya)  et sportive (Al Riyadiya ), en remplacement de leurs anciens titulaires

Mais la  crise au sein de la direction  de la TVM  a pris une autre dimension , après que le directeur général Ould Ahmed Damou ait adressé une demande d’explication à son adjoint  Mokhtar Ould Abdallahi.

Ressentiment au parlement
Les membres du Parlement mauritanien ne semblent pas satisfaits des nouvelles nominations suite auxquelles ,  le journaliste Sidi Ould Nemine qui dirigeait la chaine parlementaire (Al Barlemaniya ) a été affecté à un autre poste.

En conséquence, la  présidence du Parlement a ordonné de cesser les relations entre le Parlement et la direction générale de la TVM  . Tout comme elle  a décidé  de fermer la page Facebook du parlement sur les réseaux sociaux .
Selon des sources de Alakhbar.info , la présidence du Parlement aurait refusé l’affectation de  Ould Nemine de son poste de directeur  de la chaîne parlementaire , sous prétexte que  le Parlement qui est le principal  financier  de la chaîne, n’a pas été consulté.

 

Demande d’explication au directeur général adjoint de la TVM

Le directeur général de la TVM (Al Mouritaniya ) , Abdoullah Ould Ahmed Damou, a adressé une demande d’explication,  jugée illégale, au directeur général adjoint, Mokhtar Ould Abdallahi.

L’a demande d’explication porte sur  la gestion de la chaîne, par l’adjoint Mokhtar Ould Abdallahi, pendant  l’absence du du directeur général  Ould Ahmed Damou, qui se  soignait  en Turquie.

Ould-Abdallahi a refusé de répondre à la demande d’explication, soulignant que la loi n’autorise pas Ould Ahmed Damou  à enquêter sur la gestion de la chaine , en son absence.

Ould-Abdallahi   estime  que le conseil d’administration de la chaîne et l’Inspection générale de l’État sont les organes habilités à l’interroger et à ouvrir une enquête, au sujet de sa gestion de la chaine ,  pendant l’absence du directeur général .

 

Source : https://www.alakhbar.info/?q=node/20463

Traduit par adrar.info

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire