Débat d’hier à propos de : « Ghazouani, continuité ou rupture » , intervention du Dr Abou Sarr

Photo de Abou Sarr.A propos du post « Ghazouani , continuité ou rupture » l’ancien premier ministre Ould Waghef a dit : « Nous pensons qu’il peut y avoir continuité sur certains points et un réel changement sur d’autres »

Dans son intervention à ce propos, le Dr Historien Abou Sarr , remonte le temps lointain pour éveiller notre instinct moyenâgeux  , avant de redescendre , pour  nous rafraichir la mémoire, « au bon vieux temps » de   l’intelligence au lycée national des années 60, en terminant par  conseiller aux jeunes d’aujourd’hui et demain de ne pas piétiner les acquis de leurs ainés et perdre toute réference.

 

Abou   Sarr a écrit:

Nos aînés, avaient  ficelé des alliances selon les affinités et les circonstances .
Ely chandiura , assassiné par son cousin Ahmedou ould Noghmach en 1727 à soutenu Boucar cire , satigui dechu du fuuta en 1716 contre son frère qui l’avait évincé du trône..
Auparavant la bataille de tebferilla, au sud-ouest de Atar entre les lemtouna et les Ighdalla à vu l’intervention du tekrour en faveur d’Aoudaghoste des lemtouna.
En 1786 , l’assassinat de Ely el kory est issu de la coalition entre le Fuuta et le Brakna.
La bataille de Nder pour le démantèlement des colonies agricoles du walo , traité signé entre le Barak Amar Fatim Mborso Mbodj père de la fameuse Njimbre( Ndjimbot Mbodj ) et le gouverneur de la France, J. Schmaltz à été l’oeuvre d’une coalition en 1820 entre le Fuuta , le trarza ( Amar Moktar ) le Brakna ( Ahmedou ould Sidi Ely ) et le cayor ( Biram Fatim Thioub ) .
Voilà la Mauritanie précoloniale ..

Ely Salem mon frère, nous nous avons connus  » Mauritanie d’abord  » avec nos internats , nos réfectoires, nos réquisitions de transports aller retour de Bir au chemama.

C’est la stricte vérité !!
L’histoire ne revient pas en arrière, mais elle est un miroir pour ceux qui veulent assurer une continuité, la continuité des valeurs humaines qui font toujours la fierté de d’humanité .
Piétiner ces réalités c’est s’inscrire dans la négation des acquis de ses ainés donc de soit même,car on perd toutes références, alors que la civilisation humaine est batie sur des repères.
Ce n’est pas pour rien qu’Allah a révélé a son prophète une sourate dénommée :
Histoire !
Le maître de la parole pulaar, disait que celui qui n’est pas jaloux des hauts des anciens ne peut surpasser les vivants !!!!

 

Source : https://web.facebook.com/ely.salem

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire