Mention Bien : Un pas en avant, deux pas sur place

Des militaires de la Mauritanie et du Polisario réunis à Tiris Zemmour  La grande question que le pays se pose est toujours de savoir, vers qui penchera la balance (mascotte) du Président Ghazouani : Aziz ou la Mauritanie.

Pour l’aider à faire le bon choix certains de ses électeurs lui « souffleront », que celui qui choisit la Mauritanie a fatalement choisi Aziz, mais que la réciproque n’est pas valable.

Pour le moment, les indices officiels dont on dispose font penser que Ghazouani réfléchit, hésite et attend, ce qui est positif, en soit, quand on sait que nous en avons connus qui n’auraient ni réfléchi ni hésiter à faire le… mauvais choix.
En attendant, le Président Ghazouani semble proposer à l’opinion publique un autre choix dans ses priorités : les citoyens d’abord, le pays ensuite.

Pour preuve, on a enregistré des actions à caractère humanitaire et politique, telles ‘les enveloppes’ distribuées par certains Ministères à certains citoyens (maghbounines?),

Ou la prise en charge de l’évacuation et du traitement de Moustapha Ould Bedreddine, l’opposant historique, mais aussi l’enseignant modèle qui a consacré sa vie active à l’école Mauritanienne.

Et l’instruction donnée, semble-t-il, au Trésor d’affecter, de façon permanente, une partie du salaire du Président Ghazouani à certains citoyens défavorisés dont il aurait dressé la liste.
En face, le pays, enregistre des signes plutôt négatifs (nominations abusives et provocantes) et le silence qui continue à couvrir ses prédateurs, publics et privés.
Si les conseillers du Président tentent de lui faire croire qu’un arbre peut cacher la nudité du désert, il devrait les envoyer chez un Ophtalmo…

 

Ahmed Limdessem
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire