Aicha Amar : A propos du « le hassaniya n’est pas de l’arabe », ..

Résultat de recherche d'images pour "langue arabe mauritanie"A propos du « le hassaniya n’est pas de l’arabe », ..
Et, après ? En quoi cela nous avance t il ?
Le problème qui se pose est plutôt l’instauration du bilinguisme comme mode éducatif.
Discuter de l’essence du Hassaniya comme sujet central des débats sur la réforme de l’éducation, .. sur l’unité nationale est anecdotique.
On revient juste à emménager les clivages interethniques sur les réseaux sociaux.
Chercher des alibis
Personnellement mes rapports avec les langues biaisent mon objectivité, j’ai un attachement aveugle pour celle de voltaire a tel point que j’occulte son aspect identitaire .
Elle m’appartient, je l’use a ma guise, a tout va.
Celle de Taha Houcein est celle du cœur, de mes prières, de ma sphère intime.
Le hassaniya , dialecte de l’arabe est la langue avec laquelle j’interfère avec les miens.
L’arabe a également son importance sur l’espace international, c’est l’une des langues des Nations unies, enseignée dans les prestigieuses universités internationales, parlée par des millions d’individus de par le monde.
Elle est surtout la langue du coran.
L’attachement à l’arabe, tout comme les autres langues nationales n’a rien d’idéologique, elle fait partie de notre patrimoine culturel, religieux.
Une langue est une passerelle.
Parler une seule langue c’est s’enfermer dans un vase, s’il n’est clos, il n’en reste pas moins qu’il sépare des autres, ..
Cette séparation et/ou division éducative est grandement responsable de ce que nous est advenu.
Des chiens de faïence.
On ne communique plus, pire nos préoccupations ne sont plus les mêmes.
Les tribunes censées être le divan sur lequel on discute de nos problèmes, nos espoirs, . de notre avenir sont réduites en arènes verbales, heureusement que le virtuel ne permet d’en venir aux mains, un de ses avantages.
On continue à divaguer dans le vide, personne jusqu’à présent ne semble écouter l’autre, ni l’unité nationale ne constitue une priorité.
Un ring sur lequel, il faut laisser débattre des hérésiarques.
 » une dialectique éristique  » aurait dit Schopenhauer.
L’ecole, les concours, sont des enjeux politiques qui permettent la survie d’un système, qu’il faut laisser durer, pour sévir.
L’école est le creuset de la division.
Les frictions intercommunautaires sont entretenues depuis les petites classes.
Aux collèges et lycées les empoignades sont fréquentes entre francophones et arabophones, un exercice que l’enseignant doit gérer à chaque « alternance » de classe, ..l’animosité bonifie avec l’âge, à l’université .
L’école Bilingue, la cohésion sociale attendent des solutions consensuelles, fortes, oui, musclées, .. l’usage des biceps intellectuels est vivement requis.
Sus.

Aicha Amar
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire