Nana Mohamed Laghdaf : Des procédures injustes qui relèvent d’un autre âge

L’apaisement de la scène politique nationale passe par l’annulation de toutes les poursuites judiciaires engagées contre des personnalités, Sénateurs, journalistes, syndicalistes, hommes d’affaires, qui avaient exprimé leur opposition au pouvoir de l’ancien chef de l’Etat.
Ainsi, pour assouvir ses rancunes personnelles, ould Abdel Aziz avait instrumentalisé l’Etat, la justice du pays pour lancer des mandats d’arrêt contre l’homme d’affaires Monsieur Mohamed ould Bouamatou et Monsieur Moustapha ould Limam Chafii qui se trouvaient à l’époque à l’étranger.
Pour cette raison, Monsieur Moustapha Limam Chafii n’avait pu assister il y’a quelques années aux obsèques de son honorable père.
Et voici que Monsieur Mohamed ould Bouamatou est empêché par ces mêmes poursuites foncièrement injustes de revoir sa très regrettée mère et d’assister à ses obsèques.
Comment peut-on comprendre qu’après le départ de Ould Abdel Aziz, ces poursuites dont tout le monde sait qu’elles découlent d’une rancune personnelle et ne reposent en aucun cas sur des actes répréhensibles au regard du Droit mauritanien, continuent-elles d’être en vigueur ?
Comment peut-on admettre que ces poursuites ne soient pas encore annulées par les tenants actuels du pouvoir dont le programme met en bonne place la justice et l’apaisement de la scène politique ?

Cette question lancinante ne trouve guère de réponse convaincante et taraude l’esprit de tous les démocrates tout comme elle met à rude épreuve l’espoir tant suscité par le discours rassembleur du pouvoir actuel.

Il est donc urgent qu’il soit mis fin à ces procédures injustes qui relèvent d’un autre âge et que ces personnalitées puissent regagner le pays afin d’apporter leur précieuse contribution à l’édification de leur pays et combler tous les leurs injustement privés de leur présence.

 

Nana Mohamed Laghdaf

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire