https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Des Ministres, des actions et des symboles


La dernière ‘Décennie’, de laquelle nous n’attendons plus qu’un BILAN objectif, nous avait habitués à voir des Ministres dont l’activité principale était d’attendre.

Attendre quoi et de qui ? Vous avez la réponse. Ils étaient souvent nommés pour remplir une mission particulière, dans le cadre de l’organigramme particulier de l’entreprise familiale du Sultan et qui en faisait des intermédiaires entre lui et ses ‘partenaires’ particuliers, qui se servaient de l’organigramme et des structures de la République, comme couverture officielle de leurs missions confidentielles.
Dans le nouveau gouvernement, nous avons constaté que la majorité de ces ‘Ministres-intermédiaires’ a cédé la place à de nouveaux Ministres…disons, ‘normaux’, qui ont des diplômes, des compétences avérées, des ambitions et auxquels le Président de la République a confié des missions précises et officielles.
A peine dix jours, après leur prise de fonction, les voilà déjà en action, à l’Intérieur, à la Santé, à la Famille, à l’Emploi, à l’Education.
Au cours de ces actions, qui constituent leur ‘baptême du feu’, ils se sont adressé de façon directe et volontariste aux populations, pour les besoins desquelles ils ont été nommés et vis-à-vis desquelles ils se sont engagés à faire le diagnostic de leurs différents secteurs, afin de proposer les solutions les plus adéquates aux problèmes existants.
Certains cas dont l’urgence se passe de diagnostic, telle la situation des ordures ménagères dans la Capitale, ont fait l’objet de solutions ‘coup de poing’, où l’Armée, à la demande du Ministre de l’intérieur, s’est taillé la part du lion.
Cette collaboration entre l’Armée, son Ministre de tutelle, son Chef Etat-Major National, et le Ministre de l’intérieur, est chargée de symboles. Elle prouve que l’Armée n’est pas forcément ce grand ‘Gougouh’, méchant et budgétivore, une image créée par certains, qui s’en sont servis, pour leurs intérêts privés et pour dresser une barrière entre les forces armées et le peuple.
Cela prouve aussi qu’entre les différentes structures de l’Etat, longtemps dressées les unes contre les autres (diviser pour régner), une collaboration profitable à tous est bien possible et nécessaire. Cela prouve enfin, et surtout, qu’il y a une parfaite entente entre le Président de la République, les forces armées et le gouvernement, à un moment où certains commençaient à dire que rien ne va plus, parce que ‘le grand sultan rassembleur’ est à présent hors-jeu.
Et comme disait la mère de Napoléon Ier, à propos des victoires de son fils : « Pourvou qu’ça doure ! »

Ahmed Limdessem
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire