https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Controverse en Mauritanie suite à des déclarations interessantes attribuées au directeur de la société « Handok » chinois


Un vaste débat local a lieu ces jours ci en Mauritanie, à travers les médias sociaux ,déclenché par un article d’un écrivain mauritanien, qui revele des  informations sérieuses,  que le directeur de la société  chinoise Hondok,liée avec le  gouvernement mauritanien par un accord de peche ,aurait  déclaré au journal  China News

 

Bien que l’article de l’écrivain mauritanien ait été publié, pour la première fois le 7 mai 2019, dans le journal français Afrika, avec sa traduction en arabe, sans soulever de réactions à l’époque, il  suscite actuellement ,  par sa réimpression et sa diffusion le dimanche 18 août , un grand interet à travers les groupes « Social Media ».

L’auteur de l’article  Abdellahi  Ould Sidya, rapporte que le directeur de Poli Hondong, a revelé  , dans un entretien  au journal chinois « China News »,  des chiffres ahurissants concernant  l’accord « Hondong » avec le gouvernement mauritanien:
« - La durée de la Convention est de 50 ans et non de 25 ans, comme le prétendent les autorités mauritaniennes.
- La zone de  pêche autorisée pour les  Chinois  est de 90 000 km 2 et non de 30 000 comme le prétend le gouvernement mauritanien
- En vertu de l’accord, la société chinoise exporte 2 500 tonnes de poisson chaque semaine, soit environ 10 000 tonnes par mois et  un seuil annuel dépassant 120 000 tonnes de poisson , au moment où L’UE n’est pas autorisée à exporter la moitié de ce montant chaque année.
- Le contrat ne contient aucune condition pénale, sanction ou interdiction liée aux filets interdits ou la peche  des espèces en voie de disparition. Au contraire, il ne fait pas référence aux types de poissons ciblés  par  les  Chinois , comme s’il s’agissait d’un accord global incluant la pêche pour tout ce qui existe dans les eaux mauritaniennes… »
Les commentateurs de l’article de Ould Sidya  l’ont décrit comme « fricoté » et que les informations qu’il contient sont inexactes et totalement fausses.

Certains  d’entre eux sont même allé jusqu’à dire que le journal chinois « China News » n’a jamais eu un entretien  avec le directeur de Hondong et que l’article n’a pas une source fiable.
Source : https://www.anbaa.info/?p=50989
Traduit par adrar.info
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire