https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Données sur le dernier accord opaque de l’ex gouvernement mauritanien

Données sur le dernier accord opaque de l'ex gouvernement mauritanienAlakhbar – Des informations font tomber le masque quant à l’opacité qui a entouré la dernière société concernée par un important accord signé avec le gouvernement mauritanien, avant l’investiture du nouveau Président Mohamed Ould Ghazouani.

L’accord précité porte sur le monopole des services assurés par la nouvelle société au profit de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM).

Avant l’établissement

La société dénommée NOUAKCHOTT MEDICAL CENTER (N.M.C.) avait bénéficié le 6 juin dernier, au terme d’une réunion du Conseil des ministres d’un projet de décret portant approbation de la Convention d’Etablissement entre la société et le Gouvernement mauritanien.

Le décret vise à introduire des changements non identifiés au système d’assurance maladie, avec le monopole de la nouvelle société, en vertu dudit accord, de la fourniture des prestations sanitaires pour le compte de la CNAM.

Le fait que la société avec laquelle le gouvernement a signé un accord, était encore à l’état d’établissement d’une part et entreprenait des travaux pour construire son siège d’autre part, avaient suscité bien de curiosités et d’interrogations.

Absence d’expérience

Créée le 5 mars passé, la nouvelle société n’a bénéficié de l’accord susmentionné, pour lequel elle semble avoir été mise en place, que 3 mois après son établissement et malgré qu’elle n’ait jamais réalisé une activité par le passé et que son propriétaire n’est pas connu pour être expérimenté ou avoir déjà investi dans le domaine médical.

La société est gérée par Mohamed Lemine Amine Ould Ahmed Baba Ould Bebat, l’un des proches de l’ex Président Mohamed Ould Abdel Aziz, qui avait déjà obtenu des marchés juteux au cours des dernières années.

La valeur de l’accord signé entre le gouvernement et ladite société est estimée à des dizaines de milliards d’anciennes ouguiyas par an.

Le procédé de marchés attribués sous forme d’accords à des proches a proliféré au cours de la dernière période, dans le but de se libérer des critères contraignants relatifs aux procédures régulières des marchés.

Traduit de l’Arabe par Cridem

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire