https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Le podium de la subversion

L’image contient peut-être : ciel, maison, plein air et natureJe me souviens, comme si cela datait d’hier, de ces escaliers qui furent la tribune pour  » la bonne cause  » . Je faisais partie des  » hauts parleurs  » qui avaient pour mission de haranguer la foule en lui transmettant un mot d’ordre , forcément subversif .

A cette fin il fallait occuper le haut du pavé , aux premiers instants de la récréation , pour mobiliser la masse des élèves en leur demandant , sur un ton grave d’assumer leurs responsabilités..

C’était la Préhistoire,par rapport à internet et aux réseaux sociaux , nous étions quelques camarades qui avaient cru à une possible renaissance du mouvement national démocratique ( MND ) au principal lycée du pays .

Le pays venait de sortir d’une guerre étouffante, un comité militaire de redressement national avait pris le pouvoir en promettant  » la mise en place des institutions démocratiques  » qui a bien tardé. le Podium était donc le lieu de notre libre expression, c’était notre zone libérée..
Avec nos concurrents, dont certains furent ,parfois , des alliés ( Nasseriens et baathistes) et d’autres des irréductibles adversaires ( appelés dans notre jargon les nationalistes étroits, – negro africains – par opposition aux nationalistes arabes chauvins .

Nous avons fait du lycée national de la fin des années 70 et du tout début des années 80 , un point chaud ..

Le mouvement de la contestation juvénile vivait ses beaux jours … il y’avait , certes , des briseurs de grèves. tels que les  » je m’en foutistes  » dont le podium préféré était celui de Claude François, ,,, , ou les brillants  » carriéristes  » réputés forts en mathématiques , qui ne font pas la  » politique  » et qui , malgré cela deviendront plus tard premier ministre ou Ministre Secrétaire Général de la Présidence.

Mais c’était, tous comptes faits , une belle époque dans laquelle, la politique faisait rêver.. malgré les statistiques….

Abdel Kader Ould Mohamed

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire