https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

« Système beydane », une notion qui fait débat.

cover photo, L’image contient peut-être : 22 personnes, personnes souriantes, foule et plein airTous les mouvements historiques ont dû affronter un jour un passé que leur repositionnement ou les circonstances ont rendu caduc. « Caduc », est le mot inspiré en mai 1989 par François Mitterrand à Yasser Arafat pour qualifier certains articles de la Charte nationale palestinienne relatifs à l’existence d’Israël. (Un mot qui, au passage, évoque quelques souvenirs à des Mauritaniens d’une certaine génération).

Nelson Mandela qui fit une apparition remarquée dans Malcolm X de Spike Lee aurait refusé de reprendre à son compte le fameux « by any means » du leader noir américain. On est en 1992. Mandela est conscient des réserves que suscite, malgré sa dissolution,Umkhonto Wa Sizwe, la branche armée de l’ANC.
La notion de « Système beydane » appartient au lexique des Flam qui, d’ailleurs, en usent de moins en moins.

Elle fait débat. En témoignent les vifs et récents échanges sur le site du mouvement. On notera au passage que les administrateurs du site ont laissé en ligne des propos extrêmement virulents voire insultants contre leur mouvement. C’est là un signe d’ouverture qu’il faut saluer.

Les Flam ont parfaitement conscience de la charge polémique que recèle la notion. Un de leurs textes donne à lire: « L’introduction du concept de système beydane dans notre discours politique a suscité beaucoup de polémique. Cela nous a valu des invectives de tous ordres, la foudre de nos adversaires et suscité l’indignation chez les autres ».

Les rédacteurs du texte s’emploient ensuite à définir le concept: « En vérité, par Système « beydane », nous entendions un certain nombre de mécanismes dont l’action conjuguée vise à l’exclusion du Noir mauritanien de toute la vie publique en consacrant l’hégémonie politique, économique et culturelle des Arabo-berbères (…). Il est l’équivalent de racisme d’Etat ».
Les Flam ont beau préciser: « ce qui est incriminé, c’est le système raciste, c’est l’Etat raciste, et non les Beydanes en tant que communauté », la notion demeure irrecevable aux yeux de certains.

Et pas que des partisans du « système ». La principale raison en est qu’à première vue, elle semble associer une composante dans sa totalité à un système politique. Ne soyons pas naïfs. Cette incertitude apparente est aussi exploitée à des fins de diabolisation.

De bonne guerre dira-t-on.L’honnêteté commande d’éviter tout anachronisme. Il convient de ne pas regarder la réalité d’hier avec les lunettes d’aujourd’hui. Tout texte porte les empreintes de son contexte.

Pour autant, au moment même où ce mouvement opère un repositionnement évident, frappe les esprits par sa proposition de grande concertation nationale inclusive, inspire des démarches innovantes et retrouve sa centralité dans le débat public, les Flam gagneraient à revisiter une notion qui, malgré les précautions et les précisions, continue de susciter des réserves.

On appelle cela un aggiornamento. Ce serait une manière de déjouer l’esprit de système.

Tijane Bal

Commentaire de   Kaaw Elimane Bilbassi Touré

Merci mawnam d´avoir souligné ce point. Je confirme aussi mon camarade et cousin Salah Eddine Sy que ce concept a été enlevé dans la littérature officielle du mouvement depuis notre 5ème congrès ordinaire tenu au mois de décembre 1998 à Dakar.
Et pour la petite histoire j´avais eu l´honneur de mes ainés pour diriger la commission d´orientation politique du congrès en présence de notre doyen feu Seydou Kane et secondé par mes ainés Amar Ba et Mamadou Kane dit Thiernel.
Le président Thiam ne s´etait pas battu seul pour enlever le concept, il a voulu seulement en tant que leader du mouvement que les résolutions du congrès soient respectées par tous mais c´était une décision d´un congrès après un long et houleux débat avec des bons et pertinents arguments developpés par des congressistes.
Nous avons expliqué l´abandon du concept aussi dans un document officiel, signé par le département de la communication que je dirigeais , le 14 mars 2003 à l´occasion du 20 ème anniversaire de la création du mouvement intitulé « La longue marche des FLAM ».
Nous disions: « la contiguïté des termes «système» et «Beydan» entraînent une polysémie. Le fait que le terme «Beydan» soit accolé à celui de «système» a pu laisser penser, pour certaines personnes de bonne foi, que c’était tous les Beydan (ou Arabo-berbères ) qui étaient, en tant que groupe ethnique, incriminés.
Une manière de comprendre complètement erronée, car comme disait Angela DAVIS qui évoquait la problématique de la lutte des Africains-Américains «dès lors que le peuple blanc est, sans discrimination, considéré comme l’ennemi, il est virtuellement impossible de mettre en place une solution politique».
Ce qui est incriminé, c’est le système raciste, c’est l’Etat raciste et non les Beydan (ou Arabo-berbères) en tant que communauté, même si ce sont des éléments issus de cette communauté qui contrôlent l’Etat, maintiennent et perpétuent son caractère raciste.
Même si tous bénéficient, volontairement ou involontairement de ses retombées, ne serait ce que par la valorisation de leur langue, de leur culture, de leur histoire etc.Il s’y ajoute les manipulations politiciennes de nos adversaires peu honnêtes pour rajouter à la confusion.
Enfin, il fallait à chaque occasion l’expliquer comme dans une position défensive ! . Un concept qu’il fallait expliquer tout temps, qui ne rendait pas clairement, sans ambiguïté aucune, le contenu que nous lui logions, ne semble manifestement pas opératoire.
Voilà pourquoi nous y avons volontairement renoncé. Si donc sur le fond, nous n’avons rien à concéder par rapport au concept.
Sur la forme toutefois, dans la formulation, nous reconnaissons que nous avons pêché par manque de rigueur.
Par souci pédagogique et pour une meilleure lisibilité de notre discours politique, nous nous sommes volontairement censurés en suspendant de notre discours politique l’usage de ce concept ».
Voilà.

source : facebook

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire