Plusieurs irrégularités lors de cette première semaine de campagne

Election présidentielle : For-Mauritania forme les chargés des opérations électorales des six candidatsUne semaine après le démarrage officiel de la campagne des élections présidentielles, l’Observatoire For-Mauritania pour les Election fait un premier bilan des irrégularités relevées sur sa plateforme Mauriwatch.com.

1-      Sur la neutralité de l’Administration et de l’Etat

L’Observatoire relève, pour la dénoncer, l’implication personnelle du Président de la République au côté de l’un des candidats. Le Président, qui est censé être celui de tous les Mauritaniens et donc de tous les candidats, avait fait le déplacement à Nouadhibou ( le 07 juin 2019) pour assister au lancement de la campagne de l’un des candidats. Il a aussi affirmé, en direction des électeurs, qu’il n’y aura pas de second tour. Cette affirmation, venant du Chef de l’Exécutif chargé de l’organisation du scrutin, laisse craindre le pire sur la régularité de ce dernier.

D’autre part, l’Observatoire relève qu’une circulaire officielle (N°00000001 en date du 3 juin 2019), émanant des services du Premier Ministre, a autorisé l’ensemble des fonctionnaires à se mettre en congé à partir du jour de la clôture officielle des candidatures par le Conseil Constitutionnel jusqu’à la fin de la campagne. Ce congé « électoral » peut ainsi s’étendre sur plus de six semaines pendant lesquelles l’Administration serait en vacance.

L’observatoire fait, à ce propos, deux remarques :

-          Il n’est pas normal que l’Administration cesse de fonctionner à chaque scrutin.

-          L’Administration, notamment les services centraux et les ministères, étant traditionnellement engagés aux côtés du candidat soutenu par le Pouvoir, ce congé payé ressemble, à bien des égards, à un financement déguisé de la campagne de ce dernier par l’argent des contribuables.

 

2-      Sur l’utilisation des moyens de l’Etat à des fins électorales

A plusieurs reprises, l’Observatoire a relevé l’utilisation de véhicules appartenant soit à l’Administration, soit à des  sociétés publiques ou aux forces de l’ordre remplissant des tâches du ressort des services des campagnes électorales des candidats.

3-      Sur le respect des engagements des candidats

Cinq des candidats à l’élection présidentielle ont signé la Charte d’Honneur que leur a présentée For-Mauritania. L’article 2 de cette charte stipulait « Eviter tout ce qui pourrait éveiller les instincts tribaliste, régionaliste et ethnique et, plus généralement, tout ce qui nuit à l’unité nationale». Malgré cet engagement rendu solennel par la signature des candidats et la cérémonie publique organisée le 2 juin 2019 par l’Observatoire, ce dernier a relevé des manquements répétés et visiblement tolérés par les candidats en cause. C’est ainsi que des « initiatives » se revendiquant ouvertement tribales, ont fleuri çà et là sans que les candidats en question n’essayent de les dissuader ou de les décourager. L’Observatoire considère ces agissements comme étant antinomiques à la notion de l’Etat et dangereux pour la cohésion du pays. L’Observatoire réprouve le recours répété lors de cette campagne au « fuitage » d’enregistrements ou d’autres données personnelles dont le but serait de nuire à tel ou tel candidat.

L’Observatoire For-Mauritania pour les Elections continuera à être vigilent le long de cette deuxième et dernière semaine du premier tour de l’élection présidentielle et le restera lors des deux semaines de l’éventuel second tour. Nous lançon un appel à l’ensemble des citoyens et des électeurs à nous signaler toutes les infractions et tous les manquements aux règles de déontologie électorale. « Observons ensemble » restera, plus que jamais, notre slogan.

Vous pouvez nous contacter par l’un des moyens suivants :

-          Directement sur notre plateforme : www.mauriwatch.com

-          Par sms ou WhatsApp à l’un des numéros :

+22248006810 ou +22236699942 ou bien +22227072722

-          Par mail à l’adresse : raqibrim@gmail.com

 

Nouakchott le 14 juin 2019                                                                   La Commission de Communication

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire