https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Mohamed Ould Mouloud à Zouerate : un ouvrier sur son chantier


Il est écrit, quelque part, dans la tête de chaque ‘soixante-huitard’ Mauritanien que tout est parti de Zouérate et que tous ceux qui croient au rôle historique de la classe ouvrière doivent respecter et vénéré l’esprit de Zouérate.
Même si Mohamed Ould Mouloud n’a pas vécu les événements de 1968 de Zouerate, en tant qu’acteur, il fait partie de la génération qui en a fait son principal héritage révolutionnaire et son référentiel politique.
Il fait partie de ces tous jeunes élèves pour lesquels des noms comme Soumeydae, Ahmedou Ould Abdel Kader, Daffa Bacary, Ba Mahmoud, Bedredine, Ichidou, Traoré Ladji, Moustapha Ben Lemine et bien d’autres, sont entrés dans l’ histoire avant ceux de De Gaule, Abdel Nasser, Sékou Touré, ou de Bourguiba.
Héritier sincère, et fidèle dépositaire de cette école, Mohamed Ould Mouloud en a fait le sens et l’objectif de son combat.

En créant l’UFP (Union des Forces de Progrès) en 1998, autour des personnalités comme Daffa, Bedredine, Nagi, mais aussi avec ses propres camarades de génération et de combat, comme Kadiata Malick Diallo, Ba Bocar Moussa, Khalilou, Houbab, Gourmo, entre autres, Mohamed Ould Mouloud, a achevé la construction de l’’Immeuble-Zouerate’ dans la cité politique de la Mauritanie.
Zouerate, que le monde du travail appelle, familièrement, « la cité minière », salue aujourd’hui le fils de la ville, qui sollicite ses voix pour son élection à la Présidentielle.
La chaleur, (au propre comme au figuré) de l’accueil et de l’ambiance dont le futur Président a fait l’objet ont confirmé la traditionnelle solidarité agissante, que le monde du travail sait réserver à ceux qui savent se mettre à ses côtés dans les mouvements difficiles de sa lutte pour ses droits.
Des retrouvailles qui promettent des jours meilleurs.

 

Ahmed Ould Mohamed
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire