https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Quand le cri vient de la montagne…

Mauritanie : les travailleurs de la SNIM inquiets après la vente de la mine de F’derickHeureux, ceux qui réussissent à se faire « short lister » par le… Président. Une « short List », fermée, par définition, où ne figurent que ceux qui ont raté les autres listes, de la transparence et de la morale sociale.
Peu importe ce qu’ils étaient, l’important est ce qu’ils sont. Et qui sont-ils ? Ils sont de deux catégories : superviseurs, dans l’ombre, et ‘exécuteurs’, sur le terrain.
Les premiers se recrutent parmi les membres de la famille et les hauts fonctionnaires de l’Etat, les seconds dans le milieu du Business et de la pègre.
Aux premiers, échoit le rôle de receleurs, aux seconds celui d’intermédiaires et de ‘fusibles’.
Ce cercle restreint de privilégiés a d’abord fait ses armes dans les petits marchés de ‘quincaillerie’, routes urbaines, hydraulique villageoise, ventes d’écoles, avant de passer à l’assaut de grandes fortunes, License d’exploration et d’exploitation minières et hydrocarbures, Direction de projets d’infrastructure, de grandes sociétés nationales, création de banques, etc.
Ce ‘second pouvoir’ vient d’inaugurer une nouvelle escalade en s’emparant des gisements miniers du Nord, signant, du coup, la mort lente du fleuron national dans ce domaine.
Cette nouvelle escalade, effrontée, arrive à moins d’un mois de la fin légale du mandat du ‘donneur d’ordres’ et se déroule sous le sceau de l’urgence et du top secret.
Réussira-t-elle à se faire valider par le Parlement, ou s’en passera-t-elle, comme d’habitude ?
La SNIM, au cœur de laquelle se déroule cette opération, est pourtant une société où l’Etat Mauritanien n’est qu’un actionnaire (majoritaire) parmi d’autres, étrangers et privés nationaux.
Que diront ceux-là (Koweïtiens, Irakiens, Marocains et Mauritaniens), forts de leur droit d’être consultés, au préalable, ou tout au moins informés ?

Mais comme le dit l’adage populaire, ‘quand le cri vient de la montagne, il est difficile de trouver un refuge’.

Ahmed Ould Mohamed
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire