« Les bonnes coïncidences de l’Africa Week. »


L'artiste entre Audrey Azouley directrice générale de l'Unesco et Cissé Mint Boyda déléguée mauritanienne à l'Unesco

L’artiste entre Audrey Azouley directrice générale de l’Unesco et Cissé Mint Boyda déléguée mauritanienne à l’Unesco
                   C’est, en tout cas pour moi, un vrai festival d’émotions de me retrouver, après un long et jouissif suspens, entre deux grandes Dames en ce lundi 20 mai, jour de l’ouverture de la semaine africaine à l’Unesco, pour les inviter dans mon monde qui se livre bribes par bribes dans mes œuvres exposées à cet événement représentant ainsi notre pays.

Ce qui a touché l’électron libre et l’artiste exilé et engagé que je suis , bien avant que j’accroche mes toiles à ce rendez-vous artistique africain à paris, ce sont les paroles de La Déléguée Permanente de notre pays à l’Unesco Cissé Mint Boyda, inspirée ,quelque peu « inspirée »par l’impact du drapeau sans bandes rouges que j’avais brandi lors du même événement l’année dernière :  « Vlane, m’a t elle dit par téléphone, on m’a rapporté ce qui c’est passé l’année dernière, je te rassure que pour cette semaine africaine, tu es officiellement ,à mes yeux, en attendant le résultat des futures élections présidentielles pour plus officialiser cela ,le véritable ambassadeur de l’art contemporain de Mauritanie à paris pour faire de la diplomatie parallèle dans le politiquement correct … ».

L’autre grande dame qui a gonflé mon cœur à mille et un carats d’émotion et de respect,Audrey Azouley, Directrice Générale de l’Unesco, par sa sensibilité à l’art et la réception la plus totale au sens visible de mes toiles qui explorent le féminin sacré, les mahadras, les villes anciennes de Mauritanie, classées patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, tout cela sous le sceau du surréalisme et du figuratif, après un subtil et diplomatique compliment de sa part ,je lui ai dit que ces toiles ont été produites à l’ancien hôpital saint Vincent de Paul maintenant chez les grands voisins où je fus le premier artiste à avoir eu un atelier et créé la galerie artsvoisins qui a fait la une du journal LeMonde « mais ,me dira- t- elle, c’est là où sont nés mes enfants « et à partir de cet instant magique, je lui ai demandé le soutien de l’Unesco pour mon projet d’installation-performance « La Pierre Blanche de la Paix » qui visiblement avait l’air de la séduire tout en attisant manifestement sa curiosité, en lui disant devant notre déléguée permanente que ce projet lui sera transmis au nom de la Mauritanie donc je suis heureux comme un pinson… et l’expo sera décrochée à la fin de la semaine africaine ce vendredi et le samedi matin je suis attendu pour montrer mon travail par une galerie en Bretagne dans le cadre d’un festival d’art nommé « Montmartre à Clisson »,par patriotisme et passion j’offre à découvrir l’art contemporain de Mauritanie…produit à Paris !…

Mael Anine Nema Chérif


avec Audrey Azouley, directrice générale de l'Unesco

avec Audrey Azouley, directrice générale de l’Unesco



chezvlane
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire