Quelle configuration politique demain ?

Quel que soit le président qui sera élu en juin -juillet prochain , il procedera à des elections parlementaires et communales anticipées .

Ould Ghazouani, le candidat le plus en vue pour gagner ce scrutin, le ferait,  parcequ’il cherche à prouver qu’il se demarque des députés qui se sont opposés à sa candidature , signataires de la motien demandant un troisiéme mandat pour Ould Abdel Aziz. Les autres  candidats ne sauraient regner avec l’assemblée nationale actuelle.

Par ailleurs, le candidat Sidi Mohamed Ould Boubacar , gagnant ou perdant,  créera necessairement ,son propre parti politique , pour y rassembler tous les courants et personnalités qui ont soutenu sa candidature.

Il en est de meme pour Biram Ould Dah, à moins qu’il veuille rester sous le patronnage du parti Sawab, trés critiqué par ses fans.

Les mouvements ou partis à caractére nationaliste arabe, sont à bout de souffle car leur source est tarie , en raison de la désagrégation du monde arabe. Les survivants mauritaniens porteurs de ces idéoléogie ,sont entrain de chercher refuge  dans un centre d’accueil pour personnes agées .

Les islamistes affichent profil bas, depuis la crise du golfe arabe et depuis que le regime actuel  a fermé le robinet alimentant leurs activités. Leurs plus hauts dirigeants sont aujourd’hui répartis, entre ceux qui soutiennent Ould Ghazouani et ceux qui soutiennent Ould Boubacar.

Les personnalités de la vallée, chefs de mouvements ou partis politques se sont reconcilées, dans une coalition vivre ensemble. Vu, l’échec de leur position sectaire non productive, elles ne sont pas loin d’élargir ce rassemblement en une charte nationale vivre ensemble (CNVE) avec les autres contrées du pays.

Les mouvements des haratines n’ont plus de slogans mobilisateurs à proposer aux citoyens , en raison de l’adoption par le parlement et la mise en application des lois incriminant l’esclavage ,  la mise en place  des tribunaux spécialisés à cet effet et la création de la fondation Tadamoun, censée  favoriser une discrimination positive envers les démunis et pauvres.

Les partis politques de l’opposition traditionnelle (UFP, Rfd, notamment ) semblent  avoir tiré leçon de la politque « de la chaise vide » qu’ils adoptaient et  s’orientent  vers une remise en cause interne de relance  d’une eniéme ére nouvelle.

 

Ce panorama succint de l’échiquier national , laisse entrevoir que demain, la configuration politique en Mauritanie ne sera plus comme avant.

Comment s’aurait on la dessiner ?

 

Ely salem Khayar

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire