Critiques à l’endroit des directeurs de camapagne de Ghazouani, Ould Boubacar et Biram .

Plusieurs sources ont déclaré au journal « Meyadin » leur réserve quant  au choix des directeurs de campagne de  Mohamed Ould Ghazouani, Sidi Mohamed Ould Boubacar et Biram Ould Abeid.

Les mêmes sources ont indiqué que de nombreux soutiens  dans les rangs du candidat Ould al-Ghazouani  portent réserve quant au  choix du directeur du port de Nouakchott Niang en tant que directeur de sa campagne.

D’autres protestent également contre la sélection de Hadrami Ould Abdessalam au poste de directeur de la campagne de Sidi Mohamed Ould Boubacar et contre le choix  de  Tandia Bakary par Biram .
Ainsi, le directeur de campagne de Ould al-Ghazouani, est critiqué pour n’avoir pu obtenir de gains électoraux, lorsque le parti de l’Union pour la République (UPR) l’a proposé  maire de Kaédi, lors des dernières élections.
Il est  également critiqué pour avoir supervisé le processus de sélection des dossiers électoraux au  niveau du  même parti. D’autres  le critiquent pour sa mauvaise gestion des secteurs gouvernementaux , depuis   l’imprimerie nationale ,passant par la direction du budget , le port de Nouadhibou, jusqu’au port de Nouakchott, qui se trouve en ce moment en ébullition à cause de la crise des dockers. Au lieu  de l’envoyer  jouer le rôle de conciliateur  dans le règlement de cette crise  , le voilà chargé de gérer la campagne electorale d’un candiat , malgré les répercussions négatives de cette crise sur le climat  social .
Quant au directeur de campagne de Sidi Mohamed Ould Boubacar , le sieur  El hadramy  Ould abdesselam , plusieurs cercles, au sein de la campagne ont exprimé leur reserve quant à son choix , estimant que les raisons familiales sont à l’origine de sa nomination comme directeur de campagne, malgré l’exitence de cadres plus importants que lui pour s’occuper de cette mission.
Certains critiques évoquent des suspicions concernant sa gestion , lors des élections d’août 2014, quand il occupait , à la fois, le poste de  secrétaire général et  comptable de  l’observatoire national de surveillance  des élections. Où on avait  parléde  » dépenses de manière anonyme et non controlée ».
À la suite des élections, l’Observatoire a été accusé de « mauvaise gestion », de « manque de transparence » et de « manquement aux procédures » de la part de membres de son bureau, qui ont empêché l’élaboration de son rapport final.
D’autres encore,  rapportent que Ould  Abdesselam n’a aucune expérience professionnelle ni  politique, en dehors des responsabilités citées et sa   nomination par Ould Boubacar , au cours de la première période de transition,  en tant que directeur de la presse nationale, qui  avait été critiquée à l’époque.
En ce qui concerne le directeur de campagne du candidat Biram  Ould Abeid, son choix a conduit à une forme de protestation généralisée parmi les soutiens arabistes du président du mouvement « Ira ». Du fait que Bakary Tandia était le responsable de l’armement du mouvement raciste FLAM.
Au cours des dernières années, il s’est consacré à  collecter des dons ,au nom du Mouvement Ira,  pour la construction d’une « Maison des esclaves » en Mauritanie. Il a également renoncé à la citoyenneté mauritanienne, au profit de la citoyenneté américaine.
Il fut actif dans la préparation de la visite en Mauritanie ,de personnalités chrétiennes jugées hostiles à  l’islam et aux  musulmans. Lequelles étaient  empêchées par les  autorités mauritaniennes d’entrer sur son territoire et éconduites  immédiatement après leur arrivée à l’aéroport international Oumtounsy.
Un certain nombre de soutiens de Biram ont également exprimé leur opposition quant à la nomination de Ahmed Ould Abeid ,au poste de directeur adjoint de la campagne electorale.
Source : http://meyadin.net/node/14896
Traduit par adrar.info
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire