https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Mbarek Ould Beyrouk : Une foi qui se vit sans aucune violence

Photo de profil de Mbarek Ould Beyrouk, L’image contient peut-être : 1 personneJe suis actuellement à Genève où j’ai eu ce matin à présenter mon dernier roman devant un public appréciable et participé à un débat passionné et passionnant sur la littérature et « la réalité et fantasme de l’Islam au sud du Sahara » .

J’étais accompagné pour ce débat du très grand écrivain algérien Boualem Sansal, un homme dont j’apprécie toujours énormément l’écriture et avec lequel je ne partage pas toujours les idées. J’ai surtout mesuré combien notre religion est mal comprise par les occidentaux et comment l’actualité et les préjugés dominent dans une partie des esprits.

Sans être nullement savant j’ai simplement expliqué le monde où depuis ma naissance j’ai vécu: une foi qui se vit sans aucune violence, avec beaucoup de tolérance , une spiritualité qui se suffit à elle même et ne montre personne du doigt.
J’ai également mesuré combien notre pays est mal connu .

Des préjugés de toutes sortes parfois véhiculés par des mauritaniens.Je comprend qu’on s’oppose à un pouvoir mais je ne comprendrai jamais qu’on dise tant de mal de son pays et que l’on exagérè sciemment pour les besoins d’un poignée de mains occidentales ou d’une carte de séjour.
Cela dit, comme toujours même au bout de quatre journées bien remplies, j’ai hâte de revenir chez moi, de sentir les odeurs de Nouakchott, de voir des boubous se promener nonchalamment et d’écouter les bêtises de mes compatriotes

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire