Cheikh Abdoullah Ould Beya : Notre vision aux EAU est fondée sur la justice et la tolérance

L’Association internationale pour la défense de la liberté de religion des Nations Unies à Genève, a décerné le prix international de l’ambassadeur des libertés religieuses, à Cheikh Abdoullah Ould  Beya, président du Conseil des Emirats Arabes Unis de la Fatwa et du Forum pour la promotion de la paix.

Il s’agit de l’un des plus importants prix décernés chaque année, à des personnalités internationales qui ont contribué, de manière significative et efficace, dans le domaine de la liberté de religion et de la promotion d’une culture de la paix et de la coexistence interreligieuse.

Cette glorification de Ould Beya entre dans le cadre   des travaux  du deuxième Sommet mondial sur la religion, la paix et la sécurité qui se tient  du 29 avril au 1er mai au siège des Nations Unies à Genève, avec une présence qualitative du clergé, d’universitaires et d’experts internationaux dans le domaine des droits de l’homme.

Le prix décerné cette année à  Cheikh Ould Beya  est une reconnaissance et consécration internationales  des efforts remarquables qu’il déploie au niveau international pour déterminer la voie  de la paix et de la tolérance dans l’islam et pour l’activer dans le cadre d’initiatives fructueuses telles que la Déclaration de Marrakech, Peace Caravan , The Curse of Curiosity et le Pacte de Réconciliation

Mais aussi, par sa supervision et son soutien aux efforts de réconciliation ,dans un certain nombre de pays confrontés à des guerres civiles, des conflits sanglants et des mouvements extrémistes.
Cheikh Beya est  connu pour sa défense des droits des minorités musulmanes, dans les pays européens et pour ses efforts visant à fournir un discours équilibré, qui encourage l’intégration positive de ces minorités dans leur  communauté.
En outre, SE Cheikh Ould  Beya a pris des initiatives scientifiques et pratiques pour protéger les droits des minorités non musulmanes dans les pays musulmans.
Ses efforts ont abouti à la publication de la Déclaration de Marrakech au début de 2016, qui a été largement reconnue et saluée par les décideurs et les chefs religieux.
La dernière en date, étant sa mention  par  le Pape François ,lors de sa récente visite au Royaume du Maroc.
Il importe de rappeler que Cheikh Abdoullah Ould  Beya a remporté le Prix de la liberté religieuse en tant que premier homme de religion  , décerné en  2016,par Newsweek, le plus grand musée du journalisme et des médias au monde,  à Washington, aux personnalités connues pour leur soutien à la liberté d’expression et à la défense de la liberté de religion.
Dans son mot prononcé pour la circonstance, Cheikh Abdoullah Ould Beya a déclaré: « Aux Émirats arabes unis, nous avons été parmi les pionniers, dans l’adoption d’une vision de la civilisation, fondée sur les valeurs de la tolérance et de la fraternité .
L’État continue de lancer et de soutenir des démarches concrètes et des initiatives énergiques à divers niveaux et dans les plus importants forums internationaux et régionaux. La charte de la Fraternité Humanitaire, qui a été signée  à Abou Dhabi, a été témoin de ces efforts remarquables.
Depuis Abu Dhabi, capitale de la fraternité humaine, « les voies  de la paix du Forum pour la promotion de la paix dans les sociétés musulmanes ont été lancés.
Depuis sa création, le Forum réclame le rejet de toute persécution dirigée contre une minorité religieuse, ethnique ou culturelle et le refus d’exploiter la religion dans ces actes odieux,  qui ne sont pas justifiés par la raison ou reconnus par la religion « .
Il a ajouté: « Dans la Déclaration de Marrakech, nous avons consolidé le nouveau concept de citoyenneté ,se fondant sur la charte d’Al Madinah Al Munawwarah, en tant qu’option attestée  par le temps et les valeurs et adaptée  à l’ère holistique , tout en prônant d’activer   l’articulation humanitaire et neutraliser les éléments d’exclusion et d’expulsion, afin de parvenir à une paix sociale fondée sur la reconnaissance mutuelle des droits et des devoirs et l’acceptation de la diversité des croyances, des intérêts et des modes de vie imposés par la diversité. « 
Cheikh Abdoullah a conclu son discours  :  « Il n’existe aucune voie  qui mène à  la  citoyenneté qui embrasse la diversité et aboutisse à la liberté de religion, que par le biais de la stratégie de paix.
Source : http://zahraa.mr/node/19942
Traduit par adrar.info
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire