https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

La dommageable brouille de Basra entre KHB et Birame Ould Abeid

Mauritanie: la dommageable brouille de Basra entre KHB et Birame Ould AbeidLes Mauritanies – Alors que tout semblait les unir, voilà que les candidats Kane Hamidou Baba et Birame Dah Ould Abeid s’entre-déchirent par militants interposés.

Depuis 72 heures, les réseaux sociaux en arabe, français et poular, bruissent de part et d’autres de noms d’oiseaux et d’invectives où l’orgueil l’emporte sur la pondération. Tout est parti d’un incident intervenu lors de l’investiture de Kane Hamidou Baba, le 26 avril, dans un stade de Basra plein comme un oeuf.

Pour cette cérémonie d’investiture, KHB a réalisé le grand écart, invitant à la fois Sidi Ould Boubacar, son « collègue » d’autrefois, qui était premier ministre de Maouiya Ould Sid’Ahmed Taya quand lui même était son « conseiller communication », Mohamed Ould Maouloud de l’UFP (grand absent de ces retrouvailles progressistes) et Birame Dah Ould Abeid, prix ONU des droits de l’homme, qui dénonce justement l’héritage de Ould Taya.

Qund Birame fut annoncé à la tribune, le vacarme fut indescriptible. Les cris de « Birame, Birame » scandés sans arrêts frustrèrent nombre de candidats, y compris l’hôte du jour, qui garda néanmoins, et tout à son honneur, son sourire légendaire. Mais Birame ne montera jamais sur le podium à cause de la maladresse du protocole amateur des organisateurs de la manifestation.

D’autres dirons que c’est une phrase de Diop Amadou Tidiane, président du Front Républicain pour l’Unité et la Démocratie (FRUD) qui jeta de l’huile sur le feu.

Autrefois membre influent de l’Ira, aujourd’hui son pourfendeur, Diop Amadou Tidiane a-t-il vraiment lancé depuis la tribune, un rageur « Ngoppee o yahaa » (littéralement, « laissez-le partir ») qui a fait bouder le recordman mauritanien des distinctions « droitsdelhommique »? C’est l’une des versions qui prospèrent en ce moment dans le quartier austère de Basra.

Le pire a été évité. Pas d’incidents notables à relever. Mais le gouffre est profond. Aux dernières nouvelles, KHB a entrepris de rendre visite à Birame pour s’excuser de ce regrettable incident dû à un excès de zèle d’un protocole qu’il gagnerait à discipliner et à conformer aux standards. La garde de Birame n’avait rien de prétorienne.

Ce sont les imposants cris de « Birame, Birame », sans commune mesure, et les mouvements de foule qui ont fait chauffer les esprits. Et si c’est incident était nécessaire pour réaliser les conditions d’un vrai dialogue et d’une vraie coalition gagnante entre Birame et KHB?

Nous y reviendrons.

Via Cridem
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire