Détails abominables concernant la torture des prisonniers du courant nassériste, sous le règne de Ould Haidala

Un des prisonniers de la résistance contre le dictature de Haidala, le nommé Mohamed El Hafedh Ould Ismail ,détenu en 1984  a écrit :

« Au nom de Dieu
la révolte contre le régime de Ould Haidala est une tâche qui fait partie du grand héritage de lutte lors du  merveilleux soulèvement populaire, légué aux générations futures.
Pour évoquer les tortures subies par les militants du mouvement nassériste lors du soulèvement de 1984, je voudrais mentionner ici certains des types de torture subis par les détenus Nasserites au cours de cette période,

 

Avant cela, je rappelle que le système de renseignement, dans ses réunions privées cherchait à mettre en œuvre tous les moyens aux fins de finir définitivement avec  le mouvement,

Ces services de renseignement  ont jugé lors de leurs  réunions privées , de la nécessité d’arrêter 7000 (sept mille) militants pour affaiblir l’organisation

. Les modes et types de torture étaient les suivants:

* Il y a dix agents de police qui prennent la personne et la font trainer par terre le long d’une vaste et longue arène (cour de l’école de police) jusqu’à presque la limite de l’essoufflement avant mort .

* Vient ensuite l’étape de resserrement par ligotage des mains et des jambes au même endroit sur une colonne de fer et est suspendue dans ce cas.
Le sang s’accumule rapidement au milieu du dos et provoque des douleurs insupportables et inimaginables jusqu’à la perte de conscience

* Parfois, les deux jambes sont attachées ensembles et suspendues le corps balançant .dans le vide tête en bas .
La personne accumulant du sang dans sa tête, il n’est pas besoin de s’imaginer dans ce cas les douleurs inouïes qui menacent de la faire exploser

* en d’autres fois, les policiers déshabillent la personne de tout vêtement, en période de froid extrême et ils versent de l’eau froide sur la tête et le corps entier

* Parfois, ils aspergent de produits nocifs les organes génitaux et déclarent que l’objectif est de pouvoir empêcher la personne de procréer

* Parfois, ils utilisent la soumission du corps de l’individu aux chocs électriques,

Ce sont là quelques exemples de torture, auxquels ont été soumis les militants du glorieux soulèvement de 1984.
Malgré tout cela, les policiers n’ont pu obtenir des aveux ni divulgation d aucune information auprès de ces héros

Bien au contraire, les militants du mouvement ont continué à démentir toute la propagande  du régime émise par ses médias   »

La  chute du système Haidalla a été précipitée  par des crises internes et externes et le régime militaire a   changé  de visage

 

Source : http://meyadin.net/node/14433

Traduit par adrar.info

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire