https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Monsieur Moustapha Abeiderrahmane, président du Renouveau Démocratique (RD), maire de Moudjeria :

 ‘’Les pouvoirs publics et les divers secteurs de l’opposition doivent faire en sorte que la future présidentielle ait lieu dans des conditions les plus favorables possible’’
 Le Calame : Pourquoi le RD a rejoint la majorité présidentielle qu’il avait quittée, quelques années plus tôt, pour l’opposition. Vous vous sentiez, naguère, à l’étroit auprès de la majorité ? Estimez-vous, aujourd’hui, que l’opposition n’a pas répondu à vos attentes ?

Moustapha Abeiderrahmane : Je rappelle que lors du renversement du président démocratiquement élu, Sidi ould Cheikh Abdallahi, le Renouveau Démocratique (RD) avait immédiatement réprouvé  et dénoncé le putsch. Cependant, dès que s’est révélé un réel danger de désordre permanent pouvant conduire à la disparition de l’Etat mauritanien, nous avons aussitôt décidé de nous joindre à tous ceux qui prônent la négociation  entre Mauritaniens, en vue d’organiser de nouvelles élections, sans chercher à écarter, coûte que coûte, ceux qui avaient pris le pouvoir par la force. Pourquoi une telle attitude ? Simplement parce que nous sommes  particulièrement conscients de la très grande fragilité de notre pays. L’Etat,  en tant que tel, n’existe que depuis une cinquantaine d’années, sans parler de notre tissu social, extrêmement dispersé, pour ne pas dire divisé, en ethnies qui se regardent en chiens de faïence ; en tribus historiquement opposées ; en couches sociales  traditionnelles, dont certaines historiquement dominantes qui pèsent encore, avec l’appui de l’Etat, afin de maintenir  leur suprématie de domination et d’oppression.

Ce sont ces éléments qui ont poussé et continuent à  attirer le RD vers une quête systématique du minimum de consensus, autour de la permanence  de l’Etat-Nation, avec le maximum  de libertés et de réformes sociales progressives possibles. Voilà pourquoi, à chaque fois que le RD estime l’Etat menacé dans son existence, nous cherchons à rallier tous ceux qui peuvent maintenir celui-ci coûte que coûte, en oubliant  totalement nos propres intérêts de parti et n’y repensant qu’à partir du moment où nous estimons que le danger de dislocation a disparu, au moins provisoirement. C’est cela le fil d’Ariane, pour comprendre les divers positionnements de notre parti sur l’échiquier politique national.

Nous pensons que deux orientations doivent constamment guider l’action politique : privilégier toujours l’intérêt général et agir en ce sens ; rechercher, autant  que  faire se peut, l’intérêt propre du parti, dans le cadre de l’intérêt général, et, en cas de contradiction absolue, oublier l’intérêt de parti. Bien sûr, d’aucuns peuvent ne pas soutenir ce  raisonnement  ou ne pas y croire mais c’est notre façon de concevoir l’action politique.

C’est ce qui  explique notre alliance avec la majorité, suite à l’accord de Dakar, mais, aussi, dix-huit mois après l’élection  de monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz pour son premier mandat. Le fait que nous ayons quitté la majorité pour les rangs de l’opposition, c’est, également, ce qui explique  notre  ralliement aujourd’hui, sans condition, à la majorité, en vue de renforcer la stabilité du pays et lui faire passer le cap difficile de la première élection démocratique où une passation pacifique  de pouvoir est possible, même si  elle devait se faire au sein du même régime dont le RD  n’ignore  ni les travers ni les défauts, tout en en appréciant, à leur juste valeur, les succès, notamment dans les domaines de la sécurité, de la défense, des libertés, des infrastructures de base, au plan économique, et des progrès accomplis, sur le plan social, en matière de l’extension du droit à l’égalité des citoyens.

 

- Le RD est membre de la majorité présidentielle qui vient de dévoiler son candidat à la présidentielle, en la personne du général Ghazwani. Pensez-vous que cet ex-chef d’état-major des armées  et actuel ministre de la Défense est l’homme de la situation ? Qu’attendez-vous de lui, s’il est élu, en Juin, à la tête du pays ?

 

-Compte-tenu des progrès accomplis par le régime actuel et les graves risques  encourus  par notre pays, en cas de nouveaux désordres toujours possibles, étant donné la parcellisation de l’opposition, l’émiettement et la faiblesse des forces de progrès, en général, dans le pays, le RD a décidé d’appeler au plus large rassemblement autour de la seule candidature suffisamment crédible du général Ghazwani, à la fois pour la continuité des réformes  entreprises et la préservation des acquis, en matière de sécurité, de liberté et d’unité nationale.

Nous croyons  que tous les Mauritaniens conscients  doivent féliciter le président de la République  Mohamed ould Abdel Aziz, non seulement, pour sa fermeté dans le maintien des articles constitutionnels relatifs au nombre de mandats présidentiels, mais, également, pour le choix de son éventuel successeur, en la personne du général Ghazwani. Il est en effet certain que la majorité des mauritaniens lui resteront reconnaissants, compte-tenu des dangers encourus par le pays, si la pratique, en ce domaine, de la majorité des chefs d’Etat africains avait prévalu.

S’agissant du choix du candidat au sein du régime, pour lui succéder,  tous s’accordent, à l’intérieur  et à l’extérieur, à reconnaître qu’il s’agit là d’un bon choix, évident, étant donné  la situation du pays, l’expérience, les qualités intrinsèques de l’homme mais, aussi,  sa proximité avec son prédécesseur. Même si tout cela  n’enlève, en rien,  à la valeur  d’autres candidats  issus du régime et qui  auraient été  possibles ou de ceux qui  représenteront l’opposition, en cette élection présidentielle.

Pour revenir au cas de Ghazwani, il s’agit, pour qui sait écouter, d’un candidat  quasi consensuel   dans le pays, ce qui est  exceptionnel et, de façon générale  mais réellement surprenante, pour ceux qui ne le connaissent pas mais savent, tout de même, qu’il fut toujours la pièce maîtresse du pouvoir, au cours de ces dix dernières années. On peut mesurer aussi tout le savoir-faire  de l’intéressé et les grands espoirs  qu’il peut susciter.

Pour sa part, le RD participera, en tant que membre de la coalition des partis de la majorité, à l’élaboration du programme de ce candidat et l’aidera, par tous les moyens à sa portée, à gagner  hautement  cette élection qui doit être transparente, totalement incontestable pour qui que ce soit. Le programme du candidat doit, évidemment, s’appuyer sur le bilan positif des dix dernières années,  sous la présidence de monsieur Mohamed ould Abdel Aziz, en cherchant, bien sûr, à le consolider et le perpétuer mais, aussi, à le prolonger, l’étendre, l’approfondir  dans tous les domaines, notamment dans les secteurs relatifs  au renforcement de la démocratie, de la lutte pour le relèvement du niveau  de vie et de la culture  des couches historiquement  opprimées  dans la société traditionnelle.

 

-A quatre mois de la présidentielle, aucun consensus ni accord  ne sont perceptibles, entre  le pouvoir et  l’opposition. Que faudrait-il faire, à votre avis,  pour  qu’on évite des contestations, au lendemain des élections, et qu’on ne prolonge pas la tension politique en vigueur  depuis  une dizaine d’années?

-Depuis que le président de la République a signifié, à tous, la nécessité de respecter la Constitution, notamment en ses articles relatifs au nombre de mandats présidentiels, la tension politique a beaucoup baissé, même si la «fièvre » électorale  des Mauritaniens retombe rarement. Le fait également que le même président  de la République a retenu, comme seul candidat du régime, son compagnon  de route et de pouvoir, pour ne pas dire son double, le général Ghazwani  qui jouit, dans l’opinion, d’une bonne image et  d’un grand respect, en tant que chef militaire, au sein de la Grande Muette, tout cela suscite un climat politique plus apaisé. Il  reste que tout doit être mis en œuvre, aussi bien par les pouvoirs publics que les divers secteurs de l’opposition, pour faire en sorte que ce tournant, cette élection,  ait lieu dans  des conditions  les plus favorables possible, pour permettre, je l’espère bien, une passation pacifique de témoin, porteuse d’apaisement, autour d’un minimum de consensus  sur les grandes questions  d’intérêt général : l’unité nationale, la paix sociale, les libertés publiques, etc.

 

- Au cours d’une rencontre avec les élus, le président du principal parti de la majorité présidentielle vous a demandé de soutenir le choix du président de la République. Comment le  RD entrevoit-il la l’organisation de la campagne électorale ?  Les autres  partis de la majorité présidentielle n’ont-ils pas toujours  dénoncé  la manière unilatérale  de  l’UPR  de gérer  ce collectif de partis ?

-Le RD est désormais membre de la coalition des  partis de la majorité. Vous savez peut-être que ceux-ci ont bien voulu m’attribuer la charge d’être leur porte-parole. Il va donc sans dire que notre coalition participera activement à la campagne de notre candidat et que chaque responsable de notre coalition aura un rôle précis à jouer, dans l’organigramme de campagne de notre candidat, et que chacun de nos partis mènera sa propre campagne, en faveur du candidat, afin de lui assurer la victoire dès le premier tour ; du moins, nous l’espérons.

Propos recueillis par Dalay Lam

Le calame

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire