Le Qatar at-il prévu d’enflammer le Sénégal, lors des élections présidentielles en cours?

Plusieurs journalistes africains et internationaux ont commencé à indiquer dans leurs articles, un plan Qatari  visant à semer le chaos au Sénégal, lors des élections présidentielles en cours.
Après son arrivée dans le pays pour la première fois,  depuis deux ans passés en France, Wade a demandé à l’actuel président Maky Sall, candidat à un second mandat, de reporter les élections.En vain..

Le rôle discret de Qatar dans les élections sénégalaises a été lié à l’appel , lancé la semaine dernière , par l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade aux électeurs,leur demandant d’ enflammer leurs cartes électorales, lors de l’élection présidentielle ,prévue pour le 24 février.  Cette déclaration   a suscité la controverse à Dakar.

Les appels de l’ancien président du Sénégal ont eu lieu après l’échec de son fils Karim Wade – qui  réside au Qatar, dont le voyage là bas ,a provoqué la colère des autorités du pays -
à  se présenter aux élections, après que le Conseil constitutionnel sénégalais ait rejeté sa candidature, entrainant ainsi ,   la non participation du  Parti démocratique sénégalais(PDS)  aux élections.

Selon le magazine français « Jeune  Afrique », le retour de Wade père, pour la première fois dans son  pays, aprés  deux ans, quelques jours avant les élections, avait suscité de nombreuses interrogations à Dakar.
Surtout qu’il n’est pas candidat aux prochaines élections et que, dès son arrivée, il a appelé ses partisans à utiliser la violence, lors des élections du 24 février et à les boycotter .

Wade avait  déclaré dans un  discours: « Nous avons décidé d’attaquer les bureaux de vote pour empêcher les élections, et nous estimons que, si, entre 50 et 70% des bureaux de vote, sont brûlés, les élections devront se dérouler dans des circonstances différentes ».

Les déclarations de l’ancien président du pays ,viennent ajouter  aux  relations suspectes de son fils, avec le Qatar et l’étendue de ses relations avec pays , et ce, d’autant plus qu’il insiste  sur le fait que son fils était le seul candidat de son parti et considérait la nomination de quelqu’un d’autre comme une trahison.
Toutefois, les autorités sénégalaises ont rejeté cet ordre, ce qui constitue un coup dur pour Wade et son fils, lequel  a annoncé son intention de se présenter aux élections , depuis Doha.

Les médias ont rapporté précédemment que Karim Wade était le cheval de bataille  sur lequel le régime Qatari  pariait , lors des élections sénégalaises, seulement,  les autorités sénégalaises ont mis  fin aux  espoirs de Wade  en rejetant son dossier de  candidature.
Source : https://www.anbaa.info/?p=46477
Traduit par adrar.info

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire