Les chiens aboient mais le dialogue avance

Resultado de imagen de dialogue mauritanieCertains signes nouveaux permettent de penser que l’alliance électorale de l’opposition et la majorité au pouvoir, s’acheminent vers une certaine forme de dialogue.


D’abord la mise en veilleuse, de part et d’autre, d’un certain vocabulaire hérité des périodes de grandes tensions, où chaque partie employait les noms et les qualificatifs les plus provocateurs, et parfois les plus vulgaires, pour qualifier l’autre.
C’est ce que l’opposition appelle l’assainissement du climat favorable au dialogue.
Autre concession, mutuelle, de taille : on évite, côté alliance, de parler de l’exigence d’un dialogue préalable, mais de « conditions nécessaires pour des élections apaisées et fiables».
Ce à quoi le porte-parole du gouvernement, Président de l’UPR, répond, non plus par un rejet systématique de toute forme de dialogue, mais par la suggestion d’un nouvel interlocuteur pour débattre des questions liées aux élections : le Président du parlement, seconde personnalité du système.
On le voit, les balises s’installent, sur un chemin encore mal tracé, où les embûches ne manqueront pas, mais qui permet déjà aux bons navigateurs de déceler la direction de la table des négociations.
Reste à savoir quels sont les concessions et sacrifices que chacune des parties est prête à consentir pour que les élections aient lieu dans des conditions qui permettent de déboucher des résultats démocratiquement incontestables.

 

Ahmed Ould Mohamed

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire