https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Ould Maham :Nous n’avons pas l’intention d’ouvrir un nouveau dialogue, mais le parlement est ouvert au débat

Le porte-parole du  Gouvernement,ministre de la Culture  Sidi Mohamed Ould Maham, a déclaré que son parti, l’Union pour la République, n’avait pas l’intention d’ouvrir un nouveau dialogue politique avec l’opposition.

Ce  premier commentaire de Ould Maham, intervient suite  à  l’appel au dialogue politique ,sollicité, il y’a quelques jours, par le président du Rassemblement des forces démocratiques (RFD)  , Ahmed Ould Daddah .
Ould Maham a fait cette déclaration lors  d’une nouvelle émission-débat diffusée par la télévision « Al Mouritaniya » ,  présentée par les journalistes  Ahmed Ould Badah et Taiba Mint El Ghaouth.
Ould Maham a indiqué  qu’ils n’organiseraient pas de nouveau dialogue politique, mais que ceux qui souhaitent ,débattre  devraient s’adresser au parlement, car de nombreux partis politiques, y compris certains partis de l’opposition,y  sont représentés.
En réponse à une question sur son accusation d’être toujours opposé au dialogue avec  l’opposition, Ould Maham a déclaré être un partisan du dialogue, mais il a parfois fait de fausses  déclarations pour dissimuler certains dialogues secrets avec l’opposition.
« En ce que l’expérience ayant montré  que l’objectif de  ce qui est déclaré publiquement , s’estompe  rapidement sous la pression des médias et de l’opinion publique »,  répétant que l’opposition était à l’origine de la fuite du document du dernier  dialogue .
Il y a quelques jours, le chef du Parti du Rassemblement des forces démocratiques, , Ahmed Ould Daddah  a appelé à « un dialogue national urgent et global qui bâtisse les fondements de ce que sera le devenir du pays et à travers lequel se préparent les prochaines  élections présidentielles, les mécanismes de consensus, caractérisés par l’intégrité et la transparence  et auquel toutes les parties concernées  participent.
Ould Daddah a déclaré , que sans ce dialogue, « il est à craindre que ces élections  ne se transforment en une opportunité d’approfondir la division , de menacer l’entité du pays et son avenir ».
Ould Daddah a souligné que la Mauritanie « se tient au seuil d’élections présidentielles sans précédent, en raison de la crise dans le pays,  après dix ans de gestion chaotique, de corruption organisée et d’injustice sociale,  accablé par une dette extérieure, un système fiscal sévère et injuste, une faillite politique et morale sans précédent et le spectre de l’effondrement de la sécurité intérieure et régionale  »

Source :https://www.alakhbar.info/?q=node/15784

Traduit par adrar.info

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire