Un pape en terre musulmane: François en visite historique à Abou Dhabi (Video)

Résultat de recherche d'images pour "le pape à Abou dhabi"Le pape François entame dimanche soir un voyage historique aux Emirats arabes unis, première visite d’un souverain pontife dans la péninsule arabique, où il va chercher à renforcer les liens avec l’islam.

C’est la première fois qu’un pape se rend dans cette région où l’Islam est né il y a 1400 ans. Le chef de l’Eglise catholique  va célébrer mardi une messe dans le plus grand stade du pays, devant plus de 130.000 fidèles.

Des milliers de chrétiens ont fait la file ces derniers jours, pour obtenir une place et assister à cette célébration. Il s’agit essentiellement de travailleurs étrangers qui vivent aux Emirats arabes unis. Le pape va participer à un sommet avec d’importants responsables religieux du monde musulman. Mais quelle signification a cette visite pour la région ?

Une main tendue vers l’islam

Ce voyage du pape est indubitablement historique, et fait partie de la stratégie de François. Il veut tendre la main au monde musulman, dans un contexte de tensions et de menaces pour les chrétiens d’Orient. Les citoyens de Syrie et d’Irak sont victimes d’une guerre terrible depuis des années. Et les minorités religieuses ne sont pas épargnées. Des dizaines d’églises ont été détruites. Les chrétiens fuient cette terre du Moyen orient où ils vivent depuis des siècles.

Ce Moyen-Orient, cher au cœur du pape

Le pape s’est déjà rendu en Palestine et en Israël en 2013 , la Terre sainte partagée par les trois religions monothéistes. Il a également visité la Turquie et l’Egypte, des pays où vivent des minorités chrétiennes et coptes. Le pape veut installer un dialogue interreligieux avec des partenaires musulmans attentifs au sort et à la protection des chrétiens d’Orient.

A Abou Dhabi, il va rencontrer les plus hautes figures de l’islam sunnite, dont Ahmed Al-Tayeb, l’imam de la mosquée Al-Azhar, la plus importante institution sunnite du Moyen-Orient. Al-Tayeb dirige actuellement le Conseil des sages islamiques, une organisation islamique internationale qui se présente comme le représentant le plus important de l’Islam modéré.

Pourquoi les Emirats arabes unis ?

Selon la CIA, l’agence de renseignements américaine, 76% des 9,7 millions d’habitants des Émirats est musulmane, tandis que les chrétiens représentent environ 9% de la population. Les migrants originaires de pays asiatiques constituent environ 65% de cette population et ils sont employés dans tous les secteurs, du bâtiment aux services en passant par l’hôtellerie et les services.

Contrairement à l’Arabie saoudite voisine qui interdit la pratique d’autres religions que l’islam, les Emirats arabes unis, où l’immense majorité de la population est composée de travailleurs étrangers, soignent leur image et cherchent à projeter des valeurs de tolérance religieuse et de diversité culturelle.

Les Emirats, qui s’enorgueillissent d’avoir un ministre de la Tolérance, ont ainsi déclaré 2019 « Année de la Tolérance ».

Le pape a répondu à l’invitation du prince héritier Mohammed bin Zayed Al-Nayan. Le pays est composé de sept émirats qui sont parfois plus connus que le pays lui-même ! Dubaï par exemple, est un pôle d’attraction important pour les investissements étrangers dans la région. La crise économique mondiale de 2008 a freiné l’expansion de Dubaï. Mais Abou Dhabi a injecté quelques milliards de dollars, pour rebooster les grands projets de construction.

Le Yemen, au centre de l’attention

Les Emirats ont été régulièrement critiqués ces dernières années par des ONG pour leur intervention militaire au Yémen aux côtés des Saoudiens. 

Les Émirats arabes unis soutiennent les Saoudiens dans la guerre au Yémen contre les Houthis, un groupe rebelle armé soutenu par l’Iran.

Comme l’Arabie saoudite, Abou Dhabi considère l’Iran chiite comme la principale menace pour la région. Ryad et Téhéran se disputent le leadership religieux dans la région, et ce bras de fer se déroule dans des pays tiers, comme le Yemen ou la Syrie.

Ce dimanche, le pape a d’ailleurs demandé le respect des accords de trève au Yemen. Le Yemen, comme les Emirats et Oman, appartient au vicariat apostolique du sud de l’Arabie.

Oman, le Koweït et le Yémen comptent quatre églises chacun, tandis que le Qatar et Bahreïn en ont une.

Pourquoi la visite du pape n’a-t-elle pas lieu en Arabie saoudite, gardienne des lieux saints de l’Islam ?

Ne nous leurrons pas : la visite du pape aux Emirats arabes unis n’a pas pu être organisée sans l’accord de l’Arabie saoudite, le centre de gravité de la région du Golfe, et où de trouvent les deux lieux de pèlerinage de l’islam, Médine et La Mecque.

Mais l’Arabie du prince Mohammed ben Salmane, commanditaire présumé du meurtre du journaliste Jamal Khassoghi, est devenue infréquentable. Les prisonniers politiques s’y comptent par dizaines, les droits des femmes y sont bafoués, et l’interprétation radicale de l’islam donne de l’urticaire aux tenants d’un islam ouvert.

En comparaison, les Emirats arabes unis ont pris des mesures sérieuses pour lutter contre la radicalisation et prouver la tolérance religieuse. A Abou Dhabi, les femmes occupent des postes à responsabilité au sein du gouvernement.

En outre, pratiquement aucun jeune n’a quitté les Emirats pour rallier l’organisation terroriste Etat islamique. Alors que l’Arabie saoudite, qui fait pourtant partie de la coalition internationale contre l’Etat islamique, a vu partir de nombreux jeunes vers la Syrie et l’Irak.

Depuis le mois de septembre, les femmes ont le droit de voyager en voiture, récemment,  des cinémas ont été ouverts et de nouvelles attractions touristiques promises, mais des organisations internationales telles que Amnesty International et Human Rights Watch critiquent de plus en plus le pays, notamment en raison des poursuites engagées contre les défenseurs des droits de l’homme.

Source : www.rtbf.be

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire