Elections présidentielles 2007-2019 : différences et similitudes

Résultat de recherche d'images pour "elections en Mauritanie images"Les élections présidentielles de 2007 sont les seules, jusqu’aujourd’hui, où des candidats soutenus par l’Armée et d’autres, choisis par l’opposition démocratique, se sont trouvés, face à face, dans une compétition, où le voile de la transparence a couvert l’essentiel des opérations.
Si le candidat de l’Armée a fini par remporter ces élections, c’est essentiellement grâce au renfort qu’une partie, et pas la moindre, de l’opposition lui a apporté.
Ce ‘lâchage’, qui a marqué la grande rupture entre les principales franges de l’opposition, a cristallisé, aussi, les différences d’approche qui existaient déjà entre les leaders de ses piliers principaux, de l’époque : le RFD et l’APP.
Cette fissure allait marquer le grand virage de l’APP et son ancrage dans ‘le centre’, privant de fait, l’opposition de ses voix et de son appui.
Or, tout le monde sait que l’APP, de par sa composition sociale et le poids psychologique de son ‘ leader-Lion’, était une composante-phare de l’opposition.
Une opposions qui allait se remettre, donc, difficilement d’une telle brêche dans sa ‘puissance de feu’.
Le FNDU, le RFD et leurs ‘satellites’ ont réussi à ‘dépasser’ l’absence d’une APP, définitivement inscrite ailleurs et c’est cette nouvelle opposition, qui devra, aujourd’hui, faire face à un autre candidat soutenu par l’Armée et par le Président de la République, en exercice.
Parmi les nouveautés, que l’opposition devra inscrire dans sa stratégie électorale, il convient de noter que le nouveau candidat du système, bénéficiera, ouvertement, publiquement et généreusement, de l’appui de toute la République, pour la bonne raison que son Directeur de campagne n’est autre que… l’actuel Président.
L’abandon par le système du ‘camouflage’, dont il avait couvert son candidat de 2007, sera une aubaine pour les promoteurs des Moubadarates et autres chercheurs de primes, qui pourront travailler à ciel ouvert et dans la ‘égalité’, puisqu’ils avanceront derrière le Président.
Il faudra aussi que l’opposition prenne en compte que si le système disperse ses tireurs (candidats) c’est pour mieux grouper les tirs et les concentrer sur la cible principale : le candidat de l’opposition.
Un candidat qui restera hors de danger, tant qu’il ne se fera pas connaître.

Ahmed Ould Mohamed
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire