L’enseignement dans la wilaya de l’Adrar: Réalisations et aspirations Atar, 20/01/2019

Résultat de recherche d'images pour "écoles en adrar mauritanie"Le progrès des peuples et des nations se mesure par le degré de prise de conscience et de culture au sein des populations, surtout à l’époque actuelle marquée par la mondialisation dont les vagues déferlantes détruisent les valeurs et les traditions ne répondant pas à l’esprit de notre monde d’aujourd’hui plein de défis.

Les hautes autorités du pays ont compris l’ampleur des dangers pour le pays de rester à la marge du concert de la marche des Nations développées. C’est d’ailleurs pourquoi elles se sont orientées vers la réforme de notre système pédagogique et de notre enseignement en tant que pilier essentiel pour préserver notre identité et seul moyen d’adapter notre vie aux exigences de la modernité et du processus de développement.

La dernière décennie a connu un développement qualitatif et des réalisations sans précédent dans le but d’élever du niveau de notre enseignement, conformément à une stratégie nationale multiforme élaborée à cet effet sur toute l’étendue du territoire nationale et destinée en outre à former un cadre humain apte à assumer ses responsabilités. Pour ce faire, de nombreuses infrastructures scolaires ont été réalisées, des programmes de formation mis en place et l’émulation a été encouragée à travers l’ouverture de lycées d’excellence et l’organisation de concours nationaux et internationaux.

A l’instar des autres wilayas du pays, la wilaya de l’Adrar a connu de grandes réformes et la réalisation de plusieurs infrastructures scolaires.

Dans ce cadre, le directeur régional de l’éducation nationale, M. Mahmoudi Ould Sidi Ali, précise que la carte scolaire de l’enseignement fondamentale se compose de 109 écoles fondamentales réparties comme suit: 50 dans la moughataa d’Atar, 37 dans la moughataa d’Aoujeft, 15 dans la moughataa de Chinguity et 7 dans la moughataa de Wadane.

Il a ajouté que le nombre des élèves de l’enseignement fondamental dans la wilaya s’élève à 14370 dont 7191 filles fréquentant 474 salles de classes, alors que le personnel d’encadrement est de 333 enseignants.

Au niveau de l’enseignement secondaire, il existe dans la wilaya 20 établissements publics et 4 établissements privés fréquentés par 5450 élèves dont 2598 filles répartis sur 142 salles de classes et encadrés par 180 professeurs.

Il a passé en revue les efforts déployés pour l’application de la stratégie nationale de manière à répondre aux aspirations des populations de voir leurs enfants suivre un enseignement de qualité au sein d’écoles renforçant la cohésion nationale.

Le meilleur moyen pour atteindre cet objectif, dit-il, consiste à favoriser la politique de regroupement des écoles, citant à égard l’expérience de regroupement des écoles de Tadraissa, Timinit, Sbetiyé, El Medah, Denebja, Tintemedj, Lemeilih, M’Haireth, El Behga, Seguelil, Dhleyaa, Lekseir et Dhaya. Il a affirmé que le regroupement des écoles est de nature à améliorer le niveau des élèves et de l’enseignement de base.

Il a en outre souligné que l’enseignement privé a été réhabilité grâce à l’amélioration des données désormais disponibles à tous les niveaux et à la réalisation de davantage d’infrastructures au niveau de l’enseignement fondamental. Ainsi, a-t-il précisé, de nouvelles écoles ont été construites à Riwine, Ivrikya, R’Gueiba , Aoujeft 2, Kenewal, Zira et El Ain Savra.

Le directeur régional a, par ailleurs, indiqué que l’Etat a, en raison de la déperdition scolaire au niveau des filles, ouvert des établissements secondaire à Choum, El Ain Savra et procédé à l’extension du collège de M’Barka Wamara.

S’agissant du livre scolaire, le directeur a précisé que tous les kiosques dans la wilaya ont éré approvisionnés. Il a en outre souligné que les programmes scolaires ont été révisés au niveau des écoles fondamentales et secondaires, que l’horaire hebdomadaire a été revu et que le coefficient de l’éducation islamique a été amélioré. Des lycées d’excellence ont été aussi ouverts à Kaédi dans lesquels la wilaya de l’Adrar participe avec 10 élèves dans les 5emes et sixièmes années, cela en plus, dit-t-il, de l’amélioration des examens nationaux.

Il a ajouté que la wilaya de l’Adrar a participé aux concours nationaux pour l’obtention des prix du Présifent de la République pour les olympiades des sciences et le rallye des sciences ainsi qu’au projet le défi de la lecture arabe, obtenant dans ce cadre le 4eme prix des prix du Président de la République, le 5eme rang dans le rallye des sciences, le premier rang dans les mathématiques au niveau du pôle du nord, le 2eme prix d’encadrement dans le défi de la lecture arabe. Elle a en outre obtenu le 8eme rang parmi les dix candidats représentant la Mauritanie à Dubei au concours défi de la lecture arabe.

Il a noté qu’au niveau régional, il a été créé le rallye du savoir dans lequel 12 établissements secondaires sont en compétition dans les domaines des sciences, des mathématiques, du français et de l’éducation islamique, soulignant qu’une cérémonie spéciale sera organisée sous la supervision du wali pour récompenser les participants.

Le directeur a aussi précisé que la wilaya a obtenu le deuxième rang au niveau national en ce qui concerne le concours d’entrée à la première année du secondaire tout comme elle obtenu un taux de réussite important au niveau des examens du baccalauréat.

Il a indiqué que la direction régionale a dispensé des cours de rattrapage au profit des participants aux concours nationaux et qu’elle a distribué les fournitures scolaires rendues disponibles par le projet Education au profit de 9 écoles, cela en plus de l’organisation d’activités culturelles et sportives, de conférences et de colloques et de la dynamisation des clubs scolaires dans les établissements d’enseignement.

Le directeur régional a indiqué que malgré les efforts de l’Etat pour améliorer notre enseignement, des problèmes existent encore dont l’anarchie au niveau de la carte scolaire du fait de la sédentarisation anarchique, du manque de prise de conscience chez de nombreux parents d’élèves, de l’inexistence de cantines scolaires pour les élèves issus de milieux vulnérables et pauvres, du manque des ressources humaines et de classes, du manque d’encadrement et du matériel informatique, des bibliothèques, des tables et des moyens logistiques , insistant sur la nécessité de construire des collèges à Teyaret, M’Haijrat, El Maden, Tenlaba et Kenewal qui se trouvent encore dans des locaux loués.

Parlant toujours des problèmes posés, le directeur régional a indiqué que le lycée d’Atar n’est plus sûr, appelant à la réhabilitation de 31 salles de classe dans cet établissement et à reconstruire sa clôture, à assurer la formation continue du personnel pédagogique et à créer des espaces sportifs au sein des établissements.

Il a souligné que les objectifs escomptés peuvent se résumer dans un enseignement de qualité, la formation d’un cadre humain apte à assumer ses responsabilités et à accueillir le plus grand nombre d’élèves désirant acquérir le savoir.

Pour sa part, le directeur de l’école 4 d’Atar, créé en 1952, M. Mohamed Lemine Ould Ali, a loué les réalisations accomplies au profit de l’enseignement, en ce qui concerne les infrastructures, l’encadrement et les programmes, tout en passant en revue certains problèmes posés dont, a-t-il dit, les affectations en cours de l’année scolaire et le manque de formation.

De son côté, le directeur du lycée d’Atar, M. Abdallahi Ould Oudeika a indiqué que son établissement, créé en octobre 1960 et que fréquentent 1682 élèves ne souffre pas d’un manque de professeurs, se félicitant de l’appui apporté par les autorités locales et pédagogiques et rendant hommage au rôle de l’association des sortants du lycée d’Atar pour l’organisation de la cérémonie annuelle destinée à récompenser les élèves méritants.

Enfin, M. El Hadrami Ould Abeidna, président du bureau régional de l’Association des parents d’élèves a insisté sur le rôle que doivent jouer les parents d’élèves dans le suivi de leurs enfants et dans la solution des problèmes posés au système de l’enseignement.

AMI

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire