https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Jemil Mansour raconte l’affaire de Samoury Ould Bey et le ministre Seyidna Ali (Tweet )

J’ai suivi les développements liés à la réunion tenue hier,   au ministère de la fonction publique et de l’Emploi  et  ses répercussions diverses et inquiétantes.
Après  ce que j’ai pu collecter  , aprés  recherche et comparaison, j’e  considere que je me dois d’exprimer  mon point de vue sur cette question , par  crainte des risques, des événements et des conséquences qu’elle peut susciter  :
1 – Le plus probable  est  que la réunion avait été le théâtre d’un débat houleux dans lequel   des propos offensants à caractére  raciste ont été utilisés , dont  la plupart émane d’ une personne inconnue dans le milieu  syndical .Cette personne était celle qui s’était adressée à  Samoury Ould Bey , parlant d’arme et notant qu’elle était prête à porter son arme , sans confirmer par les présents  – à part Samoury évidemment- si elle a sorti l’arme ou si elle en a fait allusion .
2 – Tout le monde s’accorde pour dire que le ministre – quels que soient le libellé et les phrases choisies, par lui,  exprimés – a exploité la réunion pour  mobiliser les présents  à participer à une  marche organisée par  son parti (Union pour la République) la proposant  comme l’un  des deux points prévus à l’ordre du jour de la réunion, ce qui a été contesté par  les syndicalistes de l’opposition  présents.
3. La convocation par  la police de  M. Samoury Ould Bey  seul, sans adresser aucune  convocation à la personne , qui est à l’origine de l’incident  ne convient  pas et ne fait qu’aggraver les choses.
4. Dans cet environnement chargé, il n’est pas approprié d’utiliser le langage incitateur  ou de faire des references  aux  modèles du Rouwanda , etc. C’est une exagération inappropriée qui ne convient pas aux responsables  des affaires publiques.
5. Il ne faut pas sous-estimer le dérapage du ministre, qui   exploite  une institution  publique à des fins de propagande politique partisane. Voilà que cette marche politique désirée,  s’est transformée en un mouvement qui dérange la tranquillité et provoque une atmosphère sociale déjà troublante.
6 – Toute démarche (marche, meeting ou  autre activité ) destinée à servir l’unité nationale et la paix sociale requiert deux conditions: L’une de fond et l’autre de procédure.
  Pour le fond , elle doit etre contre l’extrémisme et la haine d’une part et contre l’injustice et  la marginalisation de l’autre.
Côté procédural, elle ne doit pas  être l’apanage d’une seule aire  politique , mais une coordination commune  pour élaborer  son  organisation, son  chronogramme, etc.
Que Dieu protége la Mauritanie de tout conflit et sedition et Qu’Il l’aligne sur la voie  de la justice, et  de la citoyenneté égalitaire  .

 

Source : https://chinguitmedia.com/2018/12/29/18637/?fbclid=IwAR0ZzegbkoiubOPVz8OETF60V3FBuI6vNEAtM8U713P0W_hDv81N6ovyxbg

Traduit par adrar.info

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire