https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Le complot maroco- sénegalais contre Bouammatou et le 3éme mandat de Ould Abdel Aziz

Soudainement et sans préavis, les deux gouvernements marocain et sénégalais se sont retournés contre leur ancien allié, l’homme d’affaires de l’opposition mauritanienne,le milliardaire  Mohamed Ould Boumatou qui vit  en exil , se déplaçant entre certains pays de  l’Union européenne et les pays d’Afrique du Nord-Ouest , après que le régime du président Mohamed Ould Abdel Aziz‘ ait émis  , contre lui,en septembre 2017, un mandat d’arrêt international non  reconnu par INTERPOL.
Le complot du gouvernement de Rabat et son homologue à Dakar contre  l’homme d’affaires mauritanien,  coïncide avec une campagne locale appelant le président Ould Abdel Aziz à rester au pouvoir bien que la constitution actuelle du pays l’interdise!
Deux jours seulement , après le déclenchement des initiatives locales appelant Ould Abdel Aziz,à  se présenter aux élections de l’année prochaine (2019), le ministère marocain des Affaires étrangères a officiellement accusé Mohamed Boumatou d’avoir publié des photographies de passeports marocains au nom du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, sur le site des réseaux sociaux « Facebook ».
Un jour plus tard, le gouvernement sénégalais refuse une autorisation à  l’avocat d’Ould Bouamato, M. William Bourdon,de tenir une conférence de presse à Dakar destinée à clarifier  les positions de son client concernant les accusations marocaines qui lui étaient adressées.
De nombreux observateurs  ont été surpris par le ton de la déclaration marocaine, qui vise notamment à empêcher Ould Bouamatou d’entrer  sur le sol marocain.et les allusions à engager  des poursuites pénales contre lui.
La déclaration marocaine et l’interdiction sénégalaise ont été suivies,  par  le lancement  des  autorités mauritaniennes d’ un nouvel acte  judiciaire ,par  le biais du parquet de la Wilaya  de Nouakchott , d’émettre de nouveaux  mandats d’arrêt internationaux à l’encontre de Bouamatou,qui  seraient une alternative au mandat d’arrêt précédent qui n’avait pas été reconnu internationalement et qui a été  qualifié par  la police d’Interpol d’être fondé sur des  accusations politiciennes .
Le nouveau mandat d’arrêt, selon les sources d’anbaa.info, est supposé inclure des accusations telles que falsification, blanchiment d’argent, évasion fiscale et autres.
Commentant le complot  du gouvernement marocain contre l’opposant  mauritanien qui vit depuis des années sur  les bordures de la route de l’Orica à Marrakech, l’avocat français William Bourdon, a demandé  :
« qu’une enquête judiciaire soit  ouverte contre son client Bouamatou par les autorités marocaines ,à  propos de la publication de présumées  photos de passeports marocains au nom  du président Mohamed Ould Abdel Aziz. « 
Il a ajouté: « Mon  client n’a pas publié ces images, et je défie quiconque de  prouver le contraire.  Je considère que cette accusation est illogique, compte tenu du grave différend qui oppose Bouamatou au régime mauritanien. « 
Source : https://www.anbaa.info/?p=45183
Traduit par adrar.info
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire