Mauritanie: Vers la légalisation des comités de gestion des établissements scolaires

Mauritanie: Vers la légalisation des comités de gestion des établissements scolaires  La légalisation des comités de gestion des établissements scolaires (COGES) a fait l’objet, mercredi à Nouakchott, d’un atelier, organisé conjointement par le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle et UNICEF, dans le cadre de la mise en œuvre des plans et stratégies visant à rehausser le système éducatif mauritanien.

Supervisant l’événement, le conseiller technique chargé de l’enseignement secondaire, secrétaire Général par intérim du ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, a précisé que l’atelier va permettre l’identification du cadre institutionnel organisant les COGES et la réactualisation de ses textes afin de les rendre plus adaptés aux exigences de l’école moderne au sein de laquelle profitent tous les enfants et participent efficacement les organisations de la société civile à la prise des décisions cruciales.

Il a enfin remercié les partenaires au développement pour leur concours précieux aux plans et programmes éducatifs en Mauritanie.

Pour sa part, la représentante adjointe de l’Unicef à Nouakchott, Mme Judith Leveillee, a félicité les autorités éducatives pour les progrès continus dans l’amélioration de l’accès à l’école en Mauritanie où plus de 627000 enfants ont accédé, durant l’année scolaire 2016-2017, à un enseignement primaire.

Elle a ajouté que l’année 2018 a vu un regroupement intensif des écoles incomplètes en vue d’offrir une meilleure scolarité aux enfants, ce qui a permis de faire passer le taux des écoles complètes de 35 à 39%

La représentante adjointe de UNICEF a enfin appelé à la prise d’une série de mesures urgentes pour garantir une éducation inclusive en parfaite cohérence avec les orientations stratégique du plan national de développement du secteur de l’éducation (PNDSE).

La cérémonie s’est déroulée en présence des directeurs centraux du ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle.

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire