https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Blocus financier du gouvernement et irrégularité juridique dans la composition de la CENI

مقر اللجنة المستقلة للانتخابات بنواكشوط (الأخبار)La Commission électorale indépendante de Mauritanie vit sous le siège financier du gouvernement.Ainsi elle n’a pas été en mesure de verser les montants dus  à la société libanaise qui a édité les bulletins  de vote au second tour des élections passées.  Elle subit aussi une irrégularité  juridique  dans sa composition ,conformément aux dispositions de la loi la créant .
Des sources privées  ont affirmé à l’agence de presse Alakhbar.info que le gouvernement n’a pas payé les montants  dus par la société libanaise, au moment où   le site Internet du Trésor public , laisse paraitre  que la Commission n’a dépensé aucune ouguiyas de son budget en 2018, qui se monte à  20. 000.000  UM ( 200 millions anciens)

 

Il est à noter  que le gouvernement avait payé  le montant alloué pour la réalisation  des bulletins de vote  au premier tour  des élections parlementaires, régionales et municipales
Il a  également versé le montant correspondant à l’achèvement des bulletins de vote au second tour  dans les villes d’Arafat et El Mina dans la Wilaya  de Nouakchott sud mais,   reste la compensation correspondant  aux  deuxième tour,  dans  plus de 100 municipalités,  sans aucune explication.
Parmi les éléments que  la Commission tarde à verser ,  le paiement des droits des  imprimeries  locales en Mauritanie,  qui ont  réalisé de nombreux travaux médiatiques et publications pour la Commission, dans le cadre de ses préparatifs pour les élections

Il était également remarquable que  le gouvernement n’ait pas attribué  une voiture  au président de la Commission électorale indépendante, Mohamed Vall Ould Bellal.
qui a prêté serment ,en tant que président de la CENI le 20 juillet, moins de deux mois avant les élections.

 

Le gouvernement a également retiré la voiture, qui avait été utilisée par le vice-président de la commission,le dirigeant  du Parti de l’alliance progressiste populaire (APP ) , Ethmane Ould Beijel.
Irrégularité  juridique

La Commission a également constaté une irrégularité juridique dans sa composition, conformément au texte de loi portant sa  création. Aberration juridique qui  s’est accentuée, davantage , après l’annonce du Parti El Wiam , le 29 octobre, son intégration au sein de l’UPR  Ce qui a élevé le quota de représentativité de la majorité au sein de la commission passant  à 7 membres sur 11 au total.

 

Source : https://www.alakhbar.info/?q=node/14369

Traduit par Adrarinfo

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire