https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Maroc : inauguration du premier TGV en Afrique

Le Maroc a inauguré jeudi le premier train à grande vitesse , sur le continent africain.

Ce TGV, baptisé « Al Bourak »,  reliera les villes d’Aboukhaz dans l’extrême nord du royaume à Casablanca à l’ouest.

 

L’inauguration de ce train à grande vitesse est intervenue à Tanger par le roi Mohamed VI en présence du président français Emmanuel Macron en plus de nombreux responsables et une couverture médiatique importante.

Le coût de cette réalisation a été de 22,9 milliards de dirhams, soit l’équivalent de 2,5 dollars américains, grâce à l’appui de différents bailleurs dont le fonds arabe d’Abou Dhabi, le Koweït et l’Arabie Saoudite.

Le roi du Maroc et le chef de l’état français ont emprunté le train de Tanger à Rabat.

Selon les autorités marocaines ce train devra renforcer les efforts entrepris pour développer et moderniser les chemins de fer du royaume, l’investissement déjà consenti de 70 milliards étant la première phase de l’ambitieux projet.

Le TGV qui reliera deux pôles économiques importants du pays, Tanger et Casablanca, contribuera, selon les autorités, à régler le problème du transport.

Les données officielles précisent que grâce à ce nouveau moyen de transport que les durées du trajet entre les principales villes du royaume vont être considérablement réduites.

Il faudra désormais 50 minutes seulement pour aller de Tanger à Kenitra au lieu de 3 heures et 15 minutes, une heure et 20 minutes pour aller de Tanger et Rabat au lieu de 3 heures et 45 minutes, 2 heures et 10 minutes pour aller de Tanger à Rabat, au lieu de 4 heures et 45 minutes.

Les responsables estiment qu’avec la mise en service de ce train à grande vitesse, outre l’économie de temps,  contribuera à la sécurité dans les transports et la préservation de l’environnement.

Le nombre de voyageurs, sur le trajet Tanger-Casablanca passera, selon les estimations, de 3 à 6 millions à la troisième année de la mise en service du TGV.

Pendant la durée des travaux le projet a crée 30 millions de jours de travail direct et indirect, alors que la mise en service du TGV créera 1500 emplois directs et 800 emplois indirects.

Le projet a été réalisé grâce à un partenariat entre le Maroc et la France qui avait transféré les compétences et l’expérience nécessaires à travers l’ouverture d’un institut de formation dans le domaine des chemins de fer à Rabat pour le personnel des chemins de fer au Maroc, en France et dans d’autres pays.

 

Source : saharamedias.net/fr

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire