https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Nouadhibou : la campagne électorale semble continuer

Resultado de imagen de Yarba Ould Sghayr imageLe Directeur de l’Etablissement Portuaire de la Baie du Repos, (EPBR), monsieur Yarba Ould Sghayr, fait de nouveau parler de lui.

Après avoir été indexé par certains médias, comme étant à l’origine des difficultés rencontrées par l’UPR à Nouadhibou, lors de la dernière campagne législative, municipale et régionale, le Directeur Général de l’EPBR vient de franchir un nouveau pas, visant à alimenter la tension post-électorale qui sourde dans la capitale économique.

En effet, par lettre N° 0051 du 29 Août 2018, le Directeur de l’EPBR, vient de signifier à l’Etablissement Hamoud Ould El mamy, la résiliation du contrat qui liait les deux entités à propos de l’assainissement de la zone portuaire, jetant ainsi des pères de familles vulnérables, au chômage et dans la précarité que connait actuellement le secteur de l’emploi.

Le Directeur de l’Etablissement, victime de cette mesure, entrevoit des raisons politiques, se profiler derrière cette résiliation, rapportent les sites nouadhibou.info et alafaq.net.

http://nouadhibou.info/news/14774-2018-09-16-36-24html

http://elafaq.net/node/3312

Monsieur Hamoud Ould Elmamy, l’un des soutiens de première heure de l’UPR et du Président Mohamed Ould Abdel Aziz à Nouadhibou, dont il est l’un des ressortissants, n’a pas voulu évoquer le litige au moment des faits, pour ne pas jeter l’huile sur le feu de la campagne qui battait son plein et qui présentait des sensibilités sur bien des fronts.

Cependant, il s’étonne de cette résiliation de contrat qui n’obéit, ni à la procédure en la matière, ni à la réglementation, que la lettre de l’EPBR s’est abstenu d’évoquer, faute d’arguments et de justificatifs.

Selon Hamoud Ould Elmamy, dont l’entreprise s’occupe de l’assainissement de l’EPBR depuis plus de 12 ans, la résiliation de son contrat n’a pas fait l’objet du préavis, pourtant prévu dans le cas de figure.

Mieux encore, derrière cette décision de résiliation, aucune volonté de redressement de la situation financière de l’EPBR, ne semble se situer. Car, à peine entamée, que déjà l’institution portuaire signait un nouveau contra avec une autre entreprise, au triple du montant accordé jusqu’ici à ce volet.

Il s’agit là d’un marché de gré à gré, selon Hamoud Ould Elmamy, car le contrat signé avec la nouvelle entreprise, n’a pas fait l’objet d’un Appel d’Offres, violant ainsi et, de manière ostensoir, la réglementation en vigueur, qui constitue le seul outil de transparence et de régulation des marchés publics.

Autant de vices de forme et de procédure, qui jettent désormais le discrédit sur la validité juridique de la résiliation et sur celle, encore plus spectaculaire, de l’attribution du contrat, à une nouvelle entreprise.

Le Directeur de l’Etablissement Hamoud Ould Elmamy, n’entend pas en rester là.

La loi, dit-il, est faite pour protéger les droits et, dans cette affaire, les droits de mon Etablissement et de mes travailleurs, ont été bafoués et les obligations contractuelles de l’EPBR, foulées aux pieds, au moment où les pouvoirs publics, dont nous demandons l’arbitrage, n’épargnent aucun effort, pour faire de notre pays, un Etat de droit.

…affaire à suivre

 

Mohamed Ould Saleck

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire