https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Le devoir arabe : plus que jamais dans le soutien à Mohamed b. Salmane, Mohamed b. Zaîd et Sissi/ Par Mohamed Yehdih O. Breideleil

  1. Transformer le destin en conscience

Quelqu’un a posé dernièrement la question  à un sage qui observe avec détachement la société mauritanienne : quel est le problème des mauritaniens ? Ils n’ont jamais été, de leur vie, aussi nombreux, aussi instruits, aussi riches et pourtant ils n’ont jamais été aussi déprimés, aussi inquiets pour leur avenir, aussi insatisfaits de leur présent, aussi dépourvus de volonté pour affronter  leurs difficultés et leur sort.

 

Il a répondu : ‘’ils sont vaincus’’.

Vaincus, sans avoir livré bataille ?

‘’Oui, la plus sournoise des défaites c’est celle qui s’est infiltrée dans le moral, à force de déception, de tromperie, après mille espoirs miroités frauduleusement !

Il est à craindre que la situation de la Mauritanie ne soit qu’une miniature   du monde arabe.

L’extrapolation est tentante intellectuellement, comme approche heuristique, mais elle trouve rapidement  ses limites, si elle veut simplement élever la situation régionale à une puissance x, pour appréhender la situation arabe globale.

Si les arabes, eux aussi, n’ont jamais été aussi nombreux, aussi instruits, aussi riches, la mécanique et l’âme qui les meuvent sont fondamentalement différentes, non seulement de degré mais de nature de celles qui ont cours dans un pays particulier de nature de celles qui ont  cours dans un pays particulier et encore faut-il spécifier de quel pays il s’agit. Un pays du centre et un pays  de la périphérie ne sont pas représentatifs avec la même intensité, la même franchise, de l’ensemble arabe.

Un pays arabe particulier, disons –le,  peut se soustraire, être rayé de la carte officielle sans que le monde arabe , comme entité, soit entamé, affaibli, parce que sa force tient à une civilisation, à une volonté et non à une addition de parties.

Il peut même renaitre comme il ne l’a jamais été, redevenir créateur et s’imposer comme partenaire majeur de la scène internationale sans se souvenir de cette perte.

Certains Etats arabes sont en phase de marginalité. Il y règne le silence et le sommeil, l’unanimité autour du néant, la paix dans la malheur, l’incapacité acceptée face à tous les défis qui, pourtant, assaillent de partout. D’aucuns n’hésitent pas à considérer qu’ils sont dans un état nécrosique.

Le monde arabe, en tant qu’ensemble, est traversé par les contradictions   -la preuve réelle de vie, les luttes à mort. Il est vivant. Sans retrouver son unité, qui est la condition du recouvrement de sa dignité, il n’a pas le droit d’être tranquille et il n’en sera jamais ainsi. L’unité ne peut pas sortir de la paix des cimetières. Pourtant,  seule l’unité peut clore le cycle sismique actuel des contradictions.

La différence  essentielle entre Etats, au sein de l’ensemble, tient non pas à leur PIB, ni au chiffre de leur population mais à leur volonté de participer à l’action commune.

 

Déracinement et anomie

 

Un pays du centre se sent et est considéré comme investi d’une responsabilité arabe collective, alors que les pays de la périphérie  n’ont jamais assumé ce choix et de ce fait essentiel, personne à l’extérieur n’a jamais traité avec eux de problèmes arabes  globaux, sauf cas accidentels. A titre d’exemple, en 1965, lorsque les occidentaux avaient incité Bourguiba à casser l’unanimité  arabe à propos de la Palestine ou, lorsque un sommet arabe tenu à Rabat a été contraint  par complaisance diplomatique de confier la présidence du comité de Jérusalem au Roi du Maroc. L’idée viendrait difficilement  à une puissance ou un groupe de puissances étrangères  de traiter de problèmes arabes globaux avec le Maroc ou la Tunisie, pourtant ce ne serait pas  incongru s’il le faisaient avec le Koweït ou le Bahreïn. Pourquoi ?

La raison, on l’a dit, ne tient pas à un potentiel démographique ou économique, ni même à la centricité  géographique. C’est une question d’option politique, de choix culturel, de confiance en soi. Cette confiance en soi est déterminante. Or les gens de la périphérie  ne l’ont jamais cherché et ne l’ont jamais  acquise, sauf cas rares. Leur élite ayant été formée et parfois façonnée en dehors de sa langue et de sa culture, elle a été affectée, à un degré ou un autre, par le déracinement et du coup touchée par l’anomie.

Ils ont été désaxés par leur empathie à l’égard de leur culture, ce legs immatériel, qui vertèbre, donne la consistance  aux individus et aux Etats  et dont l’écrivain André Malraux disait : « La culture c’est ce qui répond  à l’homme quand il se demande ce qu’il fait sur terre ‘’  Et il ajoute : ‘’ ce que les hommes ont mis  sous le mot culture, tient en une seule idée : transformer le destin en conscience’’.

Seul, Boumediene n’avait pas ce complexe et il l’a prouvé plus d’une fois et notamment au lendemain de la catastrophe  de 1967, lorsqu’il s’est envolé pour Moscou sans que personne ne le délègue, délégué uniquement par son devoir et sa responsabilité  à l’égard de ses frères, par sa propre conscience personnelle. Boumediene avait tenu aux Soviétiques, qui étaient des amis des Arabes, l’âpre langage de la vérité qu’il savait tenir mieux que quiconque, et les Soviétiques avaient capté le message et  fourni à l’Egypte les armes sophistiquées avec lesquelles celle-ci allait pouvoir mener la «guerre d’usure », à partir de 1968, et finalement la guerre d’octobre 1973 qui libéra le Canal de Suez, ô combien symbolique  et cher aux cœurs des Arabes.

Occident belliqueux

Certes, les Arabes de la périphérie savent faire cas de leur arabité quand ils sont à court d’argent – et à la vérité, les Arabes du centre n’ont jamais louvoyé quand il faut aider leurs frères – ou s’ils sont en difficulté.

C’est précisément le cas du Maroc lorsqu’il s’est trouvé isolé lors de l’occupation du Sahara occidental. Il ne s’est  pas gêné de plaider sa cause au nom de l’unité  arabe – qui l’eût cru ?- auprès de l’Iraq d’Ahmed Hassan Al Bakr et de la Syrie  de Hafez Al Assad, arguant qu’on ne devrait pas ajouter aux frontières existantes, qui enserrent les Arabes de nouvelles. Mais l’annexion est contraire par essence  à l’unité arabe. L’unité arabe est volontaire. Toujours est-il que l’Iraq est tombé dans le panneau, à cause d’une casuistique, et la Syrie ébranlée, est restée partagée entre le principe absolu et élevé de l’unité et la méthode anti- unitaire. Ce que les théoriciens avertis  de l’unité ont dit est que toute unité, même réactionnaire, est supérieure à une division progressiste. Mais jamais d’unité par la force.

Le tour de la Mauritanie  est venu, en 1989, lors de la crise avec le Sénégal, de rappeler, elle aussi, son arabité, voire son arabisme, lorsqu’elle s’est sentie isolée et menacée. Partout, de ‘’l’Atlantique au Golfe’’, ses S.O.S suppliants tombaient dans les chancelleries et ses envoyés  désemparés développaient auprès des chefs d’Etats arabes un réquisitoire contre le Sénégal, à la limite de l’intelligible. Les responsables mauritaniens, habitués à travailler en Français, sont peu familiarisés avec la langue arabe orale normée différente du dialecte mais  inférieure à la langue littéraire, et ont toutes les peines  du monde à soutenir  un développement cohérent. Bien souvent   ils ont recours à des mots dialectaux incompréhensibles, ou plus grave, à des termes français  qui ajoutent à la confusion. On suppose leur message plus qu’on ne le comprend.

Quoiqu’il en soit, Saddam Hussein apporta son soutien à la Mauritanie et il faut bien croire qu’il s’est rappelé, en ce instant, le mot du notable Ghoraïchite,  Savouane Ibn Oumeyya , le jour de la bataille de Honeïn. Alors qu’il partageait encore l’idolâtrie avec la tribu des Hawazine lorsqu’on lui annonça la défaite  du Prophète Mohamed, qui était ce jour-là à la tête des musulmans, Savouane s’écria : « Malheur à vous qui m’annoncez le triomphe  des bédouins Hawazine!>>

Comme il n’a pas eu le temps d’écrire ses mémoires, on ne sut jamais quels sentiments ou quelles pensées traversaient  l’esprit de Saddam face à des envoyés qui ont eu le cynisme ou la détresse  de lui demander aide au moment où les baathistes étaient sous les verrous en Mauritanie. C’était, en tout cas, franchement aller à Canossa.

Les pays de la périphérie subissent au même titre que les autres Arabes les dégâts et les contre- coups de la guerre générale  et continuelle que livre l’Occident aux Arabes sans distinction.

Si certains dirigeants ponctuels ne savent pas qui ils sont, l’Occident sait qui sont leurs peuples.

Dans cette guerre, les Arabes dans leur ensemble, en sont les vaincus, pour le moment. Mais le paradoxe veut que l’Occident ne soit pas le vainqueur. Sans être vainqueur, l’Occident est capable de mener des guerres destructrices et il en mènera toujours d’aussi meurtrières, à l’avenir, ici ou ailleurs. Son bellicisme est structurel, substantiel.

 

Guerres ruineuses

 

Après avoir engagé le monde dans la ruineuse course  aux armements nucléaires, aux ICBM (missiles balistiques intercontinentaux) , aux ABM (missiles antibalistiques), à la ‘’ mirvisation ‘’ des missiles , autrement dit la substitution d’ogives nucléaires multiples aux têtes nucléaires uniques, à  la recherche de ‘’l’arme absolue’’, la fabrication de la bombe à neutrons, qui ‘’tue le bébé sans abîmer le landau’’, il engage le monde dans une nouvelle course aux missiles ‘’ intelligents ‘’ et autres armes télécommandées, sans parler des avions furtifs dont l’Américain  F-35, en cours de construction, a déjà coûté  400 milliards de dollars. Mais la dernière trouvaille  est l’armée de l’espace.

Pour la paix rien, pour le dialogue avec les autres rien, pour la concorde rien, pour soulager la misère de leurs ‘’amis’’ ou dédommager leurs victimes, rien.

Peu importe que le paradigme des guerres occidentales nous soit fourni par Marx et Lénine ou que par allergie  à l’idéologisation qui est un stade d’explication des faits sociaux complexes devant lequel nos esprits, depuis l’enfance tournés ailleurs, s’avouèrent incompétents, nous estimons simplement que c’est la nature  hostile de nos adversaires. De toute façon les deux visions convergent vers le même résultat concret, même si l’une est myope et l’autre lucide.

Ce qui ne peut pas faire de doute, c’est que plus la puissance économique et technique de l’Occident grandit, plus sa propension à la guerre augmente. Le paradoxe veut pourtant  qu’il ne soit plus en mesure de remporter des guerres et s’il les remporte militairement, il les perd politiquement. Pourquoi ?

Parce qu’il ne mène aucune guerre juste. Il ne fait plus de guerre à ses frontières, ni pour une rectification de frontières, ni pour l’adjonction d’une province perdue, ni pour répondre à une agression, ou un empiétement sur sa souveraineté, ou un droit spolié. Les guerres entreprises sont toujours des guerres lointaines dont la justification est douteuse, le motif peu transparent pour sa population, la localisation, pour elle, incertaine  sur une carte. Les populations des pays occidentaux sont sceptiques quant à la nécessité  et à l’utilité de ces interventions  contre d’autres peuples. En général, elles y sont hostiles et leur éducation  et leurs mœurs ont horreur du sang et des injustices.

De plus, la guerre n’est pas une partie de plaisir et elles y perdent des fils, sans raisons, et beaucoup d’argent  qui, à leurs  yeux, se soustrait aux possibilités d’amélioration de leur bien-être.

Les appelés eux-mêmes ne veulent pas mourir pour une cause obscure, et ne veulent pas mourir tout court, et les volontaires ne sont plus trouvables. Les citoyens  des pays occidentaux  veulent surtout vivre paisiblement en organisant une vie de bonheur.

Les premières ailes d’une guerre c’est son motif qui mène les gens soit par l’enthousiasme pour une cause, soit par la haine pour un ennemi. Les militaires occidentaux sont envoyés à la guerre  animés par aucun de ces sentiments.

Dans cette impasse, on supplée par des appareils, des engins, des techniques et un excès de dépenses. Or une guerre est menée par des hommes et non des engins et surtout par une société motivée et mobilisée, qui accepte les sacrifices requis, soutient ses fils et les pousse à la guerre et au sacrifice. Si c’est une simple opération de l’establishment  dominant : gouvernement, Etat-major, services de Renseignement, lobbies des armes et autres institutions intéressées par quelque gain particulier, la population sera nécessairement dubitative, voire inquiète, et au fur et à mesure  des dégâts : cercueils  et blessés rapatriés, engloutissement de sommes faramineuses, en pure perte, il y a toutes les chances que les peuples rechignent à les poursuivre et, dans certains cas, contraignent les gouvernements à faire machine arrière à des moments délicats, au milieu du gué ou du torrent , avec en prime la perte de crédibilité et de la face et la perspective d’avoir à rendre compte du gâchis engendré pour l’économie , la monnaie , le niveau de vie ou le pouvoir d’achat  et même à répondre dans la case droit- de- l’hommiste. Les dirigeants eux-mêmes ne sont plus à l’abri et leur pouvoir  s’amincit et devient de gré ou de force, extrêmement éphémère et instable. On dirait  qu’ils ont échangé quelque chose avec les pays sous-développés des années 1970 – 1980.

Les guerres  des occidentaux prennent, depuis peu, le caractère de frappes, parce que leurs citoyens n’acceptent plus de mourir à la guerre. Dans certaines zones du Tiers-monde, les occidentaux peuvent provoquer des guerres par procuration  où les combattants  sont locaux, et du coup les morts, les blessés et les dégâts sur l’infrastructure squelettique des pays pauvres.

C’est leur système économique et social qui a créé pour les occidentaux les nombreux handicaps qui les assaillent, un peu comme cette créature vivante dont les rejets sont si nombreux que, finalement, ils l’assiègent  et l’empêchent d’avancer.

(A suivre)

 

Source : Le Calame

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire