https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Aéronautique : Air Burkina refuse la fusion avec Mauritania Airlines

Aéronautique : Air Burkina refuse la fusion avec Mauritania AirlinesLa fusion d’Air Burkina avec Mauritania Airlines fait partie des propositions faites dans le cadre de la création d’une compagnie aérienne dénommée Air Sahel par les Etats du G5 Sahel. Une option qui ne semble pas rencontrer l’assentiment du Burkina qui propose plutôt d’établir une coopération étroite entre les 2 compagnies.

La création d’Air Sahel était l’une des décisions prises lors du sommet ordinaire des chefs d’Etat du G5 Sahel, tenu le 20 novembre 2015 à Ndjamena au Tchad. Depuis cette date, plusieurs activités ont été menées dans le sens de la création de cette compagnie dénommée Air Sahel.
Une étude de faisabilité a été réalisée sur un financement de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA). Elle comprend une analyse diagnostique et une proposition de dispositif opérationnel. Deux rencontres de validation de l’étude ont eu lieu en présence des représentants de l’International Air Transport Association (IATA).
La première réunion a abouti à la validation d’un projet de création d’un opérateur de transport aérien qui prendrait essentiellement en compte une collaboration étroite entre Air Burkina et Mauritania Airlines.

Cette nouvelle compagnie constituée par des capitaux publics serait tournée vers la fourniture de services régionaux.
La deuxième validation devrait porter sur l’opérationnalisation du dispositif retenu. Cette opérationnalisation comprenait le dossier juridique, le modèle de fonctionnement, le schéma organisationnel et institutionnel, la gouvernance stratégique, le financement et le projet de feuille de route.
Quatre options ont été proposées à cette réunion, et la première concerne la création d’une compagnie sans certificat d’opérateur aérien. Cette compagnie, qui opérera dans la sous-région, fonctionnera sur la base des capitaux publics et s’appuiera dans un premier temps sur une coopération étroite entre Mauritania Airlines et Air Burkina.

La deuxième option dégagée concerne l’intégration des 2 compagnies pour la création du groupe Air Sahel. Ainsi, Air Burkina et Mauritania Airlines deviendraient des filiales de ce groupe. Le directeur de l’exploitation du groupe gèrera le réseau d’exploitation et la flotte des 2 filiales. La troisième option prévoyait la fusion d’Air Burkina avec Mauritania Airlines pour donner une seule compagnie.
La quatrième option concerne la création d’une nouvelle compagnie indépendante, en concurrence avec les autres compagnies existantes, à savoir Air Burkina, Mauritania Airlines et celles à venir.
Des divergences vont alors apparaitre entre les Etats membres lors des discussions sur le choix de l’option à retenir concernant cette nouvelle compagnie aérienne.

Aussi, le manque d’informations sur les aspects liés à l’exploitation; c’est-à-dire le réseau d’exploitation, la flotte, l’estimation financière; ne permettait pas de prendre une décision consensuelle.
Le Burkina Faso a clairement exprimé son attachement à la première option, à savoir une étroite coopération entre Mauritania Airlines et Air Burkina.

Il justifie son choix par le fait que cette option avait été déjà choisie dès que l’idée de création de la compagnie a été avancée. Le Burkina Faso la trouve réaliste et réalisable en s’appuyant sur l’analyse diagnostique.
Pendant ce temps, la Mauritanie et le Mali ont marqué leur préférence pour la création d’une compagnie indépendante. Le projet de création d’Air Sahel ; la compagnie du G5 Sahel ; prend un coup, en attendant la décision des chefs d’Etat.
Elie KABORE

**
Un 3e avion pour Air Burkina
La compagnie Air Burkina a acquis un 3e avion. Les passagers de cette compagnie auraient remarqué que, depuis un certain temps, un avion de marque Bombardier Canadair Regional CRJ-900 vole pour le compte d’Air Burkina. Il s’agit d’un avion loué auprès de la compagnie sud-africaine Cemair et d’une capacité de 90 places. C’est ce même appareil qui a ramené la délégation burkinabè de Yamoussoukro après sa participation au 7e Traité d’amitié de coopération (TAC). Selon les dires des spécialistes de l’aéronautique, le CRJ-900 est un avion économique, parce qu’il consomme moins de carburant. Il vient porter la flotte de la compagnie à 3 avions, en plus des 2 Embraer 170 dont elle dispose déjà.

https://www.leconomistedufaso.bf/2018/09/17/aeronautique-air-burkina-ref…

source essahraa/net

Via chezvlane
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire