https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Lalla Hassena Ahmed Labeid, tête de liste nationale des femmes du PAD: «Je ne suis pas une députée ‘’classique’’»

Lalla Hassena Ahmed Labeid, tête de liste nationale des femmes du PAD: «Je ne suis pas une députée ‘’classique’’» Issue du cœur de la société civile et réélue à deux reprises au parlement mauritanien, la députée Lalla Hassana Ahmed Labeid se lance dans la campagne sous les couleurs d’un nouveau parti politique ; nous avons eu l’opportunité de la rencontrer et de lui poser quelques questions pour nos lecteurs.

Question Akhbar El Watane– Vous vous lancez à la reconquête de votre siège de deputée à la tête de la liste nationale des femmes pour le Parti de l’Alliance Démocratique ; quel est votre projet ?

J’aimerai d’abord vous remercier pour cette opportunité et pour votre action d’information citoyenne; j’ai vu sur votre plateforme des informations sur plusieurs candidats de divers horizons et cela demontre que vous êtes une source d’information fiable et un acteur clé dans ce processus d’expression objective des valeurs démocratiques. Je vous en remercie.

Pour ce qui est de mon projet, je reste engagée sur les mêmes priorités que sont celles d’un développement inclusif qui ne laisse personne derrière, fondé sur l’unité nationale, la justice sociale et l’autonomisation économique; cela passe par une représentation des groupes vulnérables comme les handicapés dont j’ai mis en place et préside le premier groupe parlementaire en Mauritanie;

cela passe aussi par l’engagement politique de faire entendre la voix des femmes et celle de ceux souvent absents du système classique de dialogue socio-politique; cela passe par un plaidoyer pour les réformes visant l’accélération de la croissance et la promotion des secteurs porteurs d’emplois et de générateurs de revenus ; cela passe enfin par une prise de position constructive sur divers dossiers, sans marchandages et avec objectivité sans autre but que l’intérêt collectif.

Je fais de la politique car pour moi c’est un moyen de réaliser le bien commun et non une fin en soi ; je soutiens ceux qui partagent ces valeurs car c’est dans leur réalisation que je trouve satisfaction avant tout. Je sais que je ne suis pas la seule à avoir ce regard sur le développement national, nous sommes nombreux grâce à Allah et c’est tant mieux.

Question Akhbar El Watane – Vous avez été élue haut la main à deux reprises mais à chaque fois sous des couleurs différentes ; cette fois-ci encore vous vous présentez sous la bannière d’un nouveau parti, le PAD. Comment expliquez-vous cet état de fait ?

Vos lecteurs qui me connaissent savent que je ne suis pas une députée «classique» et comme je viens de le dire, j’ai ma vision du développement de mon pays et la politique est un moyen pour moi de participer à ce développement en servant les citoyens qui m’ont donné cette opportunité et cette confiance. Je n’oublie jamais cela.

Avoir des principes et des opinions personnelles ça dérange certains ; mes positions m’ont valu d’être vue comme indisciplinée et des fois même exclue de certaines activités par mon propre clan politique. C’est un prix que je suis prête à payer sans gêne aucune car les valeurs que je défends pour la Mauritanie et mon intégrité professionnelle sont plus importantes que le regard erroné de certains politiciens ou l’irritation de certains partis politiques.

Il faut aussi avouer sans dévoiler des secrets que nos partispolitiques sont encore pour la plupart à des niveaux de maturité idéologique assez précoces ; les tendances restent floues et les forces individuelles du leadership l’emportent sur les programmes ou l’idéologie. Vous le savez tout autant que moi mais je vous le confirme pour l’avoir observé de l’intérieur.

Je me considère comme une femme engagée, avec un projet de société clair et l’ouverture d’esprit aux partenariats qu’il faut pour y arriver. Je ne suis donc pas une politicienne de métier et ça ne satisfait pas forcément tous les partis. Encore une fois, j’assume et admets humblement mes fautes.

Cela étant dit, je vais où je pense avoir la plateforme pour réalisercet idéal de développement et où je peux m’épanouirprofessionnellement , et mon changement d’étiquette est plus une preuve de ma constance et de ma fidélité à mes principes qu’un signe de versatilité comme certains veulent l’insinuer

On est à la veille d’un Rendez-Vous électoral donc je peux simplement dire que le PAD m’offre cette plateforme et c’est pour cela que je porte fièrement ses couleurs. Pour les autres, on pourra en parler à d’autres occasions ainsi que de mon opinion sur la scène politique nationale de manière globale.

Question Akhbar El Watane – Vous êtes très active au parlement où beaucoup s’absentent souvent selon les observateurs ; pensez-vous que les élus prennent la mesure de leur responsabilités ?

C’est vrai qu’en certaines périodes l’assemblée est assez vide alors que les sujets débattus sont importants ; il est aussi vrai que le travail préparatoire n’est pas toujours à la hauteur pour permettre un plaidoyer constructif à travers un débat structuré; il est aussi vrai que les passions et relations des uns et des autres entravent souvent l’objectivité du dialogue pour approfondir et améliorer les propositions.

Cela dit, je sais que la plus part des parlementaires prennent au sérieux leurs missions. Peut être pas toujours de la meilleure manière mais les intentions sont bonnes, à ma connaissance, et cela est valable pour la majorité comme pour l’opposition. C’est une réalité que je vis au quotidien et j’en témoigne.

Pour ma part, je vous assure que j’assume la responsabilité d’élue et sais combien elle est importante; ceux de vos lecteurs qui me connaissent et ceux qui sont venus me voir pourront en témoigner. Ils l’ont fait déjà deux fois lors des élections et à plusieurs occasions socio-politiques. J’en suis reconnaissante et fière ; c’est cela même qui maintient mon envie de continuer à servir l’intérêt général et œuvrer pour ce modèle de développement.

Question Akhbar El Watane – Avec vos collègues élues et de la société civile, vous avez été au cœur de la promotion de la participation des femmes dans la politique en Mauritanie; vous avez fait des sorties publiques importantes lors de la fameuse déclaration des quotas. Il semble que cela ne soit plus d’actualité lors cette élection où on parle déjà de faible représentation au lieu du quota initial. Que pensez-vous de cela ?

Je ne vous cache pas que je suis déçue par les partis politiques qui ont profité de ce changement pour nous ramener en arrière. Surtout que notre pays souhaite aller au-delà du quota initial et vers une parité telle que ratifiée par la Mauritanie dans les objectifs du développement durables. D’un côté on avance et de l’autre on semble reculer donc vous comprendrez ma frustration.

Cela dit, nous savons que cette lutte ne va pas être facile et que nous devons forcer le changement mais aussi maintenir la pression pour sauvegarder les acquis. Vous savez c’est un changement culturel qui s’opère et cela implique plus qu’une loi ou des revendications car les mentalités et les pratiques doivent changer ; avec le temps, les gens prendront conscience de notre combat et la femme trouvera sa juste place.

Mais au-delà de ce constat temporaire, il faut quand même saluer les efforts que le Président de la République et le gouvernement ont fait en matière de politique du genre ; je sais que c’est une priorité du programme du Chef de l’Etat et qu’avec son soutien et leadership, les acquis auront des incidences culturelles irréversibles.

En outre, il est important de rappeler que nous ne luttons pas pour avoir plus de femmes simplement pour colorer le décor politique ; nous sommes animés par la croyance que la participation de la femme apportera une valeur ajoutée au contenu et à la mise en œuvre des politiques publiques. Sa sensibilité, ses idées et son approche contribueront à l’équilibre du débat public.

Donc je ne veux pas plus de femmes par ce que c’est la norme ou par ce que je suis une femme ; non, c’est pour le bien de notre pays avant tout. Avoir une majorité de la population exclue ou sous représentée n’est pas efficace et les expériences d’autres pays le montrent pleinement.

Enfin, permettez-moi de remercier les mouvements de la société civile, les leaders féminins et les groupes de femmes apolitiques comme celles de toutes les sensibilités politiques qui travaillent sans relâche pour soutenir cet agenda. Ce sont elles qui font la différence et doivent avoir nos encouragements. Je leur suis reconnaissante et suis fiere d’être avec à leur coté.

Question Akhbar El Watane – Cette question est inévitable pour les personnalités politiques comme vous donc permettez-nous de vous la poser. Que pensez-vous du 3eme mandat ou plutôt pensez-vous vraiment que le Président Aziz quittera le pouvoir comme prévu en 2019 ?

Je sais que vous me suivez au parlement et que vous connaissez déjà ma réponse à ce sujet mais je peux la redire pour les lecteurs à toute fin utile.

Premièrement, je fais partie de la majorité et je soutiens le Président de la République que je félicite au passage pour son programme et sa vision pour la Mauritanie; je n’ai aucune raison de douter de sa parole. Il s’est exprimé plusieurs fois en public à ce sujet et son message était clair et me va très bien.

Deuxièmement, en ma qualité de représentante mandatée du peuple et membre du pouvoir législatif, je soutiens le respect de la constitution et des institutions de la République.

Ce débat est réccurent et à vrai dire dépassé. On ne doit se focaliser sur le travail à faire et ne pas perdre de vue le bilan positif accomplis et le chemin qui reste à faire pour satisfaireles attentes de nos citoyens au niveau de l’éducation, de la santé, de l’emploi …

Question Akhbar El Watane – Nous vous remercions de votre participation à cette interview et nous vous laissons le dernier mot.

Je vous remercie et vous encourage à continuer ce travail ; les medias sont une composante importante de l’équilibre démocratique. J’ose espérer qu’ils continuent à se porter de mieux en mieux car leur santé est un signal de la maturité sociale et politique du pays. La liberté d’expression est vraiment importante et c’est aussi un point majeur de mon engagement comme vous le savez. Qu’Allah protège la Mauritanie, les mauritaniens et nous guide tous vers le bien.

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire