https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

La campagne de conspiration du cabinet présidentiel contre le chef des états-majors a-t-elle commencé ?

Les blogueurs  et les élites des  réseaux sociaux  qui suivent la réalité du pays, s’intéressent actuellement aux  premières attaques  de déconsidération ,lancées  par la cellule du cabinet de la présidence, contre  le  général de division , chef des états majors des armées  Mohamed Ould Ghazouani et ce,au moment où le futur de « l’homme mystérieux » reste vaguement ambigu .

La majorité de ceux qui ont suivi les écrits du Dr Mohamed Ishaq El-Kounti (SGA de la présidence), dans  son article aujourd’hui, titré : « Jusqu’à la fin de la bataille .. l’homme de l’ombre », considèrent qu’il s’agit là du  premier ciblage systématique du chef des états majors  des armées et un avertissement officiel au président Mohamed Ould Abdel Aziz quant aux  conséquences d’accorder  délégation à son ami,tout en lui rappelant , le  sort de Gamal Abdel Nasser.

 

El Kounti a écrit :

« Anouar Assadat, que Dieu ait pitié de lui, était un homme mystérieux. Nationaliste, hostile aux Anglais et proche du palais! Aventurier prudent …A rejoint l’Organisation des Officiers Libres. Mais ,la nuit de la révolution, il préféra aller au cinéma au lieu d’accomplir le devoir qui lui était assigné.  Pour s’entourer  d’une  vigilance accrue, pour lui-même, en cas d’échec de la révolution,il a provoqué une altercation et a insisté  pour enregistrer l’incident au poste de police. Quand la révolution a réussi ,il à rejoint  ses camarades, qui l’ ont  chargé de lire le communiqué numéro 1.  »

El Kounti ajoute que Assadat est resté « conservateur avec précaution , après que les choses se sont arrangées pour Nasser. Il était proche de lui sans être impliqué dans les conflits autour de lui … Il se cachait sous Nasser, laissant aux ‘autres leurs ambitions . Il ne voulait pas « s’impliquer » dans la « révolution Nasser » mais voulait rester au  dernier plan en attente d’une opportunité ».

El Kounti a rapporté un  autre exemple de la  réalité locale en écrivant :

« Le colonel Maaouiya  Ould Taya prenait sa (1ére) épouse, que Dieu la bénisse, chaque dimanche soir au club libanais, laissant ses collègues conspirer  les uns contre les autres. Tout en se cantonnant à l’ombre   son nom paraissait  dans tous  les comités militaires depuis le salut , le redressement..  Même, lorsque  Haidala, était  informé de sa conspiration  contre lui, il  s’en est moqué   n’en  croyant  pas ses rêves.  »

 

Puis El Kounti mit le cap  sur l’Algérie:

« Le colonel Chadly Ben-jedid n’était qu’un officier, parmi des dizaines , qui ont servi dans l’armée française. Puis ils ont rejoint le Front de libération. Il est devenu ministre de la Défense parce qu’il était «sans ambition». Les ambitions dans la succession de Boumediene  étaient  partagées par Mohammed Saleh Yahyaoui et Abdelaziz Bouteflika.
Mais l’homme de l’ombre, Chadly Ben jedid  a supplanté  le défunt, coupant cours à l’ espoir des aspirants .   Il a conspiré contre  le projet social, économique et politique,  mis en œuvre par  Boumediene, comme Assadat s’est également retourné contre le projet  Nasserien  et a mis en prison les camarades de Nasser ».

 

El Kounti  a tenté de détourner les lecteurs  en leur faisant croire que ses propos concernent le parti « Tawassoul ». En sélectionnant quelqu’un de la même région  pour se couvrir,   en la personne du nouveau chef de ce  parti, Mohamed Mahmoud Ould Seyidi,  il  a donné à l’élite une grande envie de lire son article , malgré  que l’homme n’ait rien à voir avec  Tawassoul ,et ne soutient aucun   ami aspirant à sa présidence.

D’ailleurs, ce parti vient juste, en effet,  de clore un congrès national qui ne donne aucune chance à tout plan d’ « héritage »à un dauphin ou coup  d’état contre sa direction.

Source : http://zahraa.mr/node/17113

Traduit par Adrar-info.net

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire