https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Une entreprise mauritanienne visée par l’enquête sur Kinross, selon des documents


Une entreprise mauritanienne visée par l’enquête sur Kinross, selon des documentsPlus de deux ans après l’enquete diligentée par les autorités américaines sur les opérations louches de la société aurifère Kinross, pour motif lié à la corruption présumée en Afrique, l’affaire continue de piètiner, faisant toutefois émerger les détails des activités financières de multinationale.

 

Des documents internes de la société consultés par le Globe and Mail identifient parmi les cibles de l’enquête américaine firme mauritanienne qui a remporté un appel d’offres pour un contrat de transport et de logistique de 50,1 millions de dollars américains.

 

Kinross a attribué le contrat à une société française en partenariat avec la société mauritanienne identifiée,- proprièté d’un ancien haut fonctionnaire du gouvernement mauritanien- ; bien que son offre ne soit pas la plus basse.

 

Dans son examen des plis soumissionnés, Kinross a constaté que l’offre la moins chère souffrait d’un désavantage «politique», décidant au mépris de la sacrosainte régle de transparence, d’attribuer le contrat au partenariat français et mauritanien.

L’objectif visé par la société à travers cette inconvenance administrative était de satisfaire la « préférence déclarée » par gouvernement mauritanien, selon lesdits documents.

 

Interpellé sur ces revelations, un porte-parole de Kinross n’a pas voulu commenter les documents, affirmant qu’à même à Globe que l’entreprise ne choisit pas toujours le plus bas soumissionnaire et que de nombreux facteurs commerciaux  autres que les prix sont pris en compte dans ses décisions finales.

 

Kinross a annoncé en octobre dernier que les autorités américaines, notamment le ministère de la Justice et la Securities and Exchange Commission, avaient émis des injonctions en 2014 et 2015 pour obtenir des informations sur des «paiements irréguliers faits à des responsables gouvernementaux» dans le cadre de ses opérations minières en Mauritanie et au  Ghana.

 

Kinross affirme coopèrer pleinement avec les limiers américains et souligne avoir lancé ses propres investigations sur les allégations, dont certaines provenaient d’un dénonciateur ; sollicitant pour cette fin les services de cabinets d’avocats canadiens et américains pour examiner les présumées irrégularités.

 

Kinross a dépensé 7,1 milliards de dollars en 2010 pour acquérir la mine d’or de Tasiast en Mauritanie, dans le cadre de son rachat de Red Back Mining Inc. Mais la mine a perdu jusqu’à 65 millions de dollars par an et a licencié des centaines de travailleurs.

 

 

La Banque mondiale et d’autres organismes financiers internationaux qualifient souvent les relations du gouvernement avec les entreprises d’opaques et de louches.

 

En 2014, Kinross a examiné des offres pour un contrat de transport et de logistique de 50,1 millions de dollars sur trois ans pour ses opérations minières en Mauritanie et au Ghana. Parmi les soumissionnaires présélectionnés, l’offre la plus basse provenait d’une compagnie appelée Damco International, qui était la plus inférieure à hauteur de 2,6 millions de dollars par rapport à toutes les autres offres, selon les documents Kinross vus par le Globe and Mail.

 

Dans son examen des offres, Kinross a conclu que l’offre de Damco présentait plusieurs inconvénients – y compris les «risques de relations politiques et externes en raison de l’affiliation politique / alignement», a déclaré l’un des documents.

 

Kinross a décidé d’attribuer le contrat à un soumissionnaire plus cher, un partenariat entre la société française Schenker et la société mauritanienne Maurilog, même si ce dernier avait une «capacité douteuse au Ghana» et une «mauvaise histoire» en Mauritanie en raison d’un différend commercial sur son travail, à la mine de Tasiast, indique le document.

 

La revue a énuméré un certain nombre d’avantages techniques de l’offre Damco et de l’offre Schenker / Maurilog, y compris le «contenu de propriété locale» de l’offre Schenker / Maurilog. elle a fait également état d’une préoccupation au sujet du «sous-financement possible» par Damco. Les avantages techniques et « relations extérieures » de l’adjudicataire ont suffi à compenser la différence de prix, a-t-il ajouté.

 

Un document interne distinct, vu par The Globe, a déclaré que Kinross « en décidant d’attribuer le contrat à Schenker / Maurilog a également considéré et pris en compte la préférence déclarée des fonctionnaires du gouvernement de Mauritanie que le contrat logistique soit attribué à Schenker / Maurilog.  »

 

Ellle a indiqué que le gouvernement avait exprimé cette préférence parce que la composante de propriété mauritanienne aiderait à accroître la concurrence et à améliorer les compétences des entreprises mauritaniennes dans l’industrie de la logistique. Mais elle a confirmé aussi que le propriétaire de Maurilog, Mohamed Yahya, est un ancien haut fonctionnaire du gouvernement mauritanien, en tant que commissaire général des investissements privés en 2008 et 2009.

 

M. Yahya est un proche collaborateur du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, selon le dénonciateur dont les allégations ont conduit aux enquêtes américaines.

 

Lors d’une assignation l’an dernier dans le cadre de son enquête, la Securities and Exchange Commission des États-Unis a ordonné à un ancien vice-président de Kinross de fournir tous les documents relatifs à M. Yahya et à un certain nombre d’autres dirigeants.

 

Louie Diaz, directeur principal des communications d’entreprise à Kinross, a déclaré qu’il ne pouvait pas commenter le processus d’appel d’offres pour le transport, puisqu’il était confidentiel.

Lorsque l’entreprise examine les offres, celles-ci sont «évaluées à travers un large éventail de mesures et de capacités, le prix n’étant que l’une de ces considérations», a déclaré M. Diaz dans une interview.

« Nous choisissons le fournisseur et la proposition qui répond le mieux aux besoins de l’entreprise et fait progresser ses intérêts commerciaux d’une manière conforme à la loi, qui n’est pas toujours le plus bas soumissionnaire. »

 

Les appels d’offres sont toujours annoncés publiquement et les critères d’évaluation des soumissionnaires sont transparents, a-t-il déclaré. «Les fournisseurs sont tenus de signer les normes de conduite de nos fournisseurs et nous surveillons la conformité de Kinross  à fonctionner conformément aux normes éthiques les plus strictes.

 

Bien que le contrat ait été initialement prévu comme un contrat de 50,1 millions de dollars sur trois ans, Kinross a décidé de se retirer de son contrat avec Schenker / Maurilog après un an, a appris The Globe and Mail. Le contrat a également été modifié pour couvrir seulement la Mauritanie, pas le Ghana.

 

Deux groupes indépendants, Mines Alerte Canada et l’organisation française de lutte contre la corruption Sherpa, ont annoncé en décembre qu’ils avaient demandé à la GRC d’enquêter sur Kinross pour ses activités en Mauritanie et au Ghana.

 

Traduit de l’Anglais

theglobeandmail.com

source essahraa.net

Via chezvlane
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire