https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Le désert, un chameau…….et moi !!!!

JasailmerDesert-24

Jaisalmer c’est aussi la ville d’où l’on peut partir pour un trip dans le désert à dos de chameau. Plusieurs possibilités sont offertes, je négocie, je parlemente avec différentes agences en sachant ce que je veux, mais surtout ce que je ne veux pas, le club med aux portes du désert.

Finalement nous optons pour un séjour de 2 jours avec un trajet en jeep qui nous amène aux abords des dunes de sable et surtout, pas de groupes, mais juste nous deux, avec le chamelier : sortir des grosses organisations touristiques où tout le monde se retrouve l’un derrière l’autre par groupe de 15.

 

Et on ne casse même pas notre tirelire, alors pourquoi se refuser cette aventure. (pour info, 50km en jeep aller, 9h de chameau, repas du midi, repas du soir, nuit à la belle étoile, petit dej, repas du midi, 50 km jeep retour pour 25€, la beauté des paysages et les moments intenses étaient fantastiques,  et  gratuits).

P1030962

Nous partons donc sur la route du Pakistan. Notre chamelier Jacky, 20 ans (un vrai indien pourtant, un musulman cependant) arrive avec nos montures. Il est environ 10h, il fait frais, il y a du vent. La veille nous avons eu une tempête de sable, pourvu que ça ne se reproduise pas !

 

Une fois les présentations faites, les vivres chargées sur un chameau, le plus dur reste  à faire, escalader l’animal.

P1040915

La bête est à terre, je grimpe dessus, je m’installe sur la selle, le chamelier lui donne l’ordre de se lever. D’abord les pattes arrière, ce qui fait que moi je plonge en avant, je m’agrippe à la selle pour ne pas faire la culbute et hop, il déplie des pattes de devant et hop me voilà propulser en hauteur. Drôle d’impression !!!

P1040921

A ce moment là je ne me sens guère en sécurité et je me demande si j’ai eu raison de m’embarquer dans cette aventure, car j’ai peur de tomber de là haut …. Je prends sur moi, m’accroches, puis c’est le départ, le balancement au rythme du pas du chameau. Jacky marche devant, tiens la longe de mon chameau, ceux de  Monique et Jacky, suivent, reliés au mien.

P1050028

Arrive le moment où Jacky lâche mon chameau, me donne la longe et me laisse le mener seule. En fait, cala s’avère très facile sauf quand brusquement il baisse la tête pour brouter, petit moment d’insécurité quand même. Mais au fil du temps, je m’y habitue et le remet dans le droit chemin sans problème. Je suis maintenant en confiance, mais pas mes adducteurs, là je sens que ces muscle existent….

Nous traversons quelques villages,

femme du village  P1040093

 

DANS LE VILLAGE

 

hutte désert

 

 

Au bout de 2h de chameau, arrêt, ouf, ça va faire du bien à mes fesses et à mes cuisses…

P1040990

….Jacky nous étend une couverture  pour nous reposer et nous prépare le repas. Nous sommes ses invités, il nous incite à nous relaxer et à le laisser faire. Très à l’aise, il nous mijote des légumes, du riz, des chapatis, bien sûr tout cela est assez épicé , mais on commence à avoir l’habitude…

P1030977  P1030980

 

Mais je prends quand même quelques notes pour refaire ces petites recettes simples. C’est vraiment excellent. Mais la séance vaisselle dans le désert, alors là, je reste baba : on met du sable dans les gamelles, on frotte et hop c’est propre, on remet dans le sac pour le prochain repas. Mais oui, sans jamais verser une goutte d’eau !!! écologique me direz vous, oui mais combien de chameaux ou autres ont pissé dans ce sable…. ? C’est l’hygiène à l’indienne….

Pendant ce temps, quelques paons viennent nous rendre visite furtivement.

P1030969

Nous croisons quelques chèvres, un condor perché dans un arbre ……

 

P1040103  condor en haut de son arbre

Après une petite sieste, départ pour une nouvelle chevauchée de plus de 3h (mais oui…). Les paysages sont magnifiques. Peu à peu nous quittons cette partie de désert rocailleux pour apercevoir au loin les dunes de sable. Le soleil tape dur, mes cuisses aussi sont dures…. Car la bête est large.

 

Quoi, qu’est ce qu’elle a ma gueule?

 

belle gueule

 

Nous touchons enfin les dunes, que c’est beau, immenses étendues de sable vallonnées autour de nous, seul parfois un petit arbuste apparait.

 

P1040009  P1040008

 

Aucun bruit, le souffle du chameau, son sabot qui s’enfonce dans le sable et autour l’immensité de sable aux couleurs différentes en fonction de la lumière du soleil. Moment sublime !!!!….

P1040019

Nous touchons le point du bivouac. Ouf mes jambes vont toucher terre….

P1040991

Jacky nous informe que nous sommes à seulement 4 km de la frontière du Pakistan. Après avoir déchargé ses chameaux, notre chamelier se met à nouveau à la cuisine.Je l’aide un peu, j’épluche les légumes….

 

P1030974

Un bref moment de détente et je pars escalader les dunes pour admirer de plus hauts ces paysages merveilleux.

 

 

 

Sur le sable vierge de toute trace, tiens quelqu’un est passé par là, qui….   un scarabée.

des traces oui mais de scarabée

J’ai mal aux jambes, mais je m’accroche.

 

P1030995

 

P1030998  P1040003

 

Arrivée en haut, je m’assoies seule, je profite de ce silence, de cet environnement.

P1050017

 

Là je me dis que je vis un moment extraordinaire et inoubliable. J’ai de la chance, quoiqu’il arrive, j’aurai connu çà et c’est fantastique. En ces moments là, je tombe amoureuse du désert……

P1040012

J’attends le coucher du soleil sur ma dune et rejoint Monique et Jacky pour prendre le diner.

 

coucher de soleil

Au cours du repas, je discute avec Jacky (il parle un anglais touristique me dit-il), il me raconte les conditions de vie de sa famille, de son village (dans le désert) et de ses conditions de travail. Il doit être à la disposition de son boss (propriétaire d’une quarantaine de chameaux), qui l’appelle quand il a besoin de lui (et oui, la plupart des indiens sont pauvres, mais ils ont tous des téléphones portables). IL gagne l’équivalent de 25€ mensuel . C’est ensuite le moment du repas des chameaux et l’installation pour le bivouac, à la belle étoile.

 

P1040024  P1030967

Ca aussi c’est génial. Grimpées en haut d’une dune pour pouvoir se réveiller face au lever du soleil, nous nous installons sous la couverture, face aux étoiles, par une nuit de pleine lune, encore un moment magique. Nous avons passé une nuit sans problème.

 

P1040033

Et oui, lever de soleil sous la couette….

 

P1040039

 

Petit déjeuner très copieux, rangement du bivouac, chargement du matériel sur les chameaux et hop on repart pour encore 3h de chameaux à travers d’autres dunes.

 

P1050125  CHAMEAU

 

P1040070

Mes adducteurs me rappellent qu’ils sont toujours en action, aie, aie, aie….Mon chameau mène le cortège, la route m’est ouverte, c’est mon chameau qui fait les  traces dans le sable. J’ai l’impression d’être seule dans cette immensité….

Dés que le regard se pose sur l’infini désertique ce sont les certitudes qui disparaissent pour laisser toute la place à l’imaginaire.

Vient alors le cortège de questions métaphysiques restées sans réponse, sur l’origine des mondes. Viennent alors de nouvelles certitudes sur cet espace infiniment inconnu qui ressemble tant à notre désert intérieur.

 

desert-du-thar-586x390

 

Je suis remplie de bonheur.

 

P1050030

 

Puis après une dernière halte pour le repas, l’adieu à Bouba mon chameau et notre chamelier, la jeep nous attend pour refaire le trajet en sens inverse. Nous rejoignons l’hôtel où après une bonne douche, nous sommes prêtes pour prendre un bus de nuit et rejoindre Pushkar, notre prochaine étape.

 

 

 

Source : http://carpediem44.over-blog.com

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire