https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Peut-on rêver ?…

Peut-on rêver ?...Abdalla Haj Brahim – Si Mohamed Ould Abdel Aziz décidait de cesser de tourner en ronds,donnant l’image d’un fauve blessé dont les chemins sont pris et la retraite coupée et prenait enfin, comme le dicte le bon sens et la sagesse,

le chemin de la sortie par la grande porte et ce, en libérant les prisonniers politiques et en levant les mesures judiciaires touchant les anciens sénateurs, certains syndicalistes et quelques journalistes et organisait à son initiative des rencontres avec les principaux leaders d’opinion nationaux appartenant à l’Opposition démocratique dite « non courtisane »,

pour la préparation d’une transition apaisée à son pouvoir, lequel est en train d’entamer sa dernière ligne de course, par la préparation d’élections libres,consensuelles et transparentes,il aurait alors choisi la seule voie qui vaille et sauvé la Mauritanie d’une crise aux conséquences incalculables…

Mohamed Ould Abdel Aziz aurait-il ce courage, cette force de dépassement de soi et cet amour profond de la patrie ?

Notre Pays vit depuis plusieurs décennies sous des régimes militaires totalitaires ; ô, que d’espoirs déçus,que de rêves non réalisés,depuis la diffusion en 1978 du communiqué numéro 1 des forces armées et de sécurité mauritaniennes, communiqué lu à l’époque sur les ondes de Radio Mauritanie par le commandant de gendarmerie, Feu Mohamed Mahmoud Ould Deh annonçant à notre peuple, appelé « Peuple de héros », une nouvelle ère de paix, de justice, de liberté et de progrès …

Depuis lors, les militaires qui ont eu à se succéder au pouvoir en Mauritanie n’ont eu de cesse d’user et d’abuser de ce peuple dit de héros « …Alors peut-on continuer à accepter, à outrance,l’impunité des hommes qui ont eu à nous diriger,quand ces hommes venus au pouvoir suite à des coups d’état militaires,au nom de l’intérêt supérieur du Pays pour redresser des situations qui empiraient, se transformèrent soudainement en despotes intraitables, disposant des maigres ressources du Pays, à leur guise, décidant de l’affectation des moyens de l’Etat selon leur bon vouloir,humiliant et jetant en prison tout opposant hardi ?

Ces hommes devront,un jour, rendre des comptes au Peuple mauritanien et resteront passibles,à tout moment, de poursuites devant les juridictions nationales ou à défaut, internationales.

Abdallahi Hajbrahim

vIA cRIDEM

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire