https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Le portrait du chriv qu’Aziz a effacé des nouveaux billets s’appelle Sidi Ethmane Ould Mohamed Mahmoud Essemlaly

https://www.chezvlane.com/photo/art/default/19460365-23338016.jpg?v=1515803477C’est le dernier coup porté à l’imaginaire d’une certaine génération de mauritaniens qui ont grandi avec l’ouguiya : un vieux monsieur en filigrane sur tous les billets de la banque centrale de Mauritanie.

Désormais tout le monde sait que c’est un tableau qu’Ahmed Ould Daddah,  gouverneur de la banque centrale au moment de la création de l’ouguiya, a vu à l’île de Gorée.

https://kassataya.com/2017/12/13/mystere-venerable-vieillard/

Ce tableau, selon saharamedias, lui a rappelé l’expression des gens du désert de son pays. Il a acheté le tableau puis il a fait en sorte qu’il soit sur les billets de la première monnaie nationale. Ce que les francophones savent moins , c’est s’agit du grand-père d’un artiste mauritanien, cinéaste, photographe, en exil en France : Mael Ainine Ould Néma Chérif qui a écrit plusieurs articles car il en veut à Ahmed Ould Daddah de garder pour lui ce tableau qui devrait être au musée national.

Nous en avions parlé il y a 5 ans sans citer son nom…

http://chezvlane.blogspot.com/2013/01/voila-certainement-le-visage-du-vieil.html

Ce vieux est un chérif de la tribu des smalils, il s’appelle  Sidi Ethmane Ould Mohamed Mahmoud Essemlaly.
Il a fallu que la Mauritanie nouvelle l’efface pour que l’on sache son nom. C’est dire la curiosité des citoyens et le devoir d’information de l’élite. Son nom a été caché certainement pour éviter de faire des jaloux parmi les tribus. 

Mais pourquoi Aziz a-t-il décidé de le retirer ? Ce n’est pas pour des raisons islamiques selon lesquelles il faudrait éviter de peindre tout ce qui ne serait pas végétal pour éviter l’idolâtrie des temps premiers vu qu’ils ne se sont pas gênés pour mettre des animaux partout. C’est juste car le tableau est l’oeuvre d’une française Myrto Debard.

Ensuite, c’était pour ne rien laisser à Ahmed Ould Daddah dans l’histoire du pays autre que le passé surtout s’il détient le tableau du vieux en question.

La hassadité dans toute sa splendeur…
Voilà tout.

VLANE

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire