https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Le tribunal impose des sanctions difficilement exécutables pour des enseignants au Hodh El gharbi

Le juge d’instruction du tribunal  du Hodh El Gharbi,  Mohamed Said Ould Mohamed El Hassan, a ordonné aux enseignants Brahim Ould Mohamed Ali et El Boustami Sow de changer de  lieux de travail avec  signature de présence quotidienne  auprès des centres de sécurité les plus proches du lieu de leur nouvelle affectation .

Ainsi, El-Boustani a été transféré au village de Madhloum,situé à 110 km de la ville de Aioun capitale du Hodh El Gharbi dans laquelle il exerçait, avec obligation d’aller  signer sa présence quotidiennement au centre de gendarmerie de la municipalité d’Oum  Lahiadh, situé à 30 kilomètres du village de Madhloum.

Tandis que, Brahim Ould Mohamed Ali, a été contraint de déménager au village de Rizam avec la signature quotidienne auprès du commissariat  de police de  Kobeni, situé à 40 km du village de Rizam.

Le juge a également ordonné aux deux enseignants de ne pas quitter ces zones de travail ni  venir  dans la ville d’ Aioun capitale régionale,  sans sa permission.

En plus de leur obligation de ne pas exercer d’activité syndicale pendant les deux mois qu’encourt leur peine.

Les enseignants d’Aioun  avaient  protesté contre une note de transfert émise par le directeur régional de l’éducation dans le Hodh El Gharbi. Lequel a introduit une plainte contre certains enseignants .

Le juge d’instruction a proposé aux enseignants sanctionnés le choix entre la prison ‘Aioun ou les mesures ci haut citées.

Source : http://mourassiloun.com/node/2453

Traduit par Adrar.Info

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire