https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Qui a parlé de « rectitude ou de bravoure chez le colonel Abderrahmane Ould Boubacar(suite et fin)

Qui a parlé de Ely Ould Krombelé – Avant-propos:

Les historiens sont unanimes pour dire que si Adolf Hitler n’avait pas attaqué la Russie en 1941, il serait probablement mort dans son lit comme le dictateur espagnol Franco.

Si en 1989, le commandant Abderrahmane Ould Boubacar chef du 1er Bureau (B1) à l’Etat-Major National n’avait pas manifesté une injustice flagrante à mon égard,en me privant sans ménagement d’une bourse d’artillerie sol-sol classique aux USA débouchant de facto sur le grade de capitaine, en la donnant à son parent (moins ancien que moi et surtout qui ne remplissait pas les conditions requises)-bourse- à laquelle j’avais le plus droit, selon tous les critères, je ne serais probablement pas là aujourd’hui en train de remuer les vieilles plaies.

Aurais-je été peut-être colonel ou général d’armée,donc soumis au devoir de réserve,actuellement sous le drapeau ne pouvant ni parler ni écrire en toute liberté. Alors, que ces énergumènes de la toile qui parlent de « retournement de veste » de ma part, sachent que je n’ai jamais milité dans un pari politique, ni appartenu à une Ong, ni à un quelconque mouvement revendicatif. Je suis un homme libre dans ses pensées, libre dans ses actes, ne souffrant d’aucun traumatisme.

C’est lors de la sortie inopportune du colonel Abderrahmane Ould Boubacar dans la presse que je me suis dit: « mon Dieu, Ould Boubacar risque de commettre l’irréparable encore une fois.

Son injustice flagrante à mon égard en 1989 qui a changé le parcours voire le cours de mon destin était peut-être une erreur. Voilà qu’Ould Boubacar, en manipulateur avantageux,récidive en faisant un come-back satanique qui risque de traumatiser les enfants,l’épouse et les frères du défunt Ely Ould Mohamed Vall, six mois après sa disparition.

Pourquoi Abderrahmane n’a-t-il pas demander une autopsie le jour même du décès,avant l’enterrement « à la hâte » comme il dit,s’il soupçonnait le président Aziz d‘ »avoir assassiner » son cousin germain.?

Par ailleurs j’étais sur le point de renoncer à rédiger la suite de mon article,après plusieurs interventions de parents et d’amis que je respecte, quand un commentaire ubuesque attira mon attention. Celui d’un certain Mohamed Ould Hanefi, qui écrit « s’attaquer à Abderrahmane Ould Boubacar ne vous portera pas bonheur…

« C’est au vu de ce commentaire laconique,dérivant d’un auto-proclamé moufti de la toile, mais à l’aphorisme coupable que j’ai décidé de finaliser ce que j’ai commencé. Mon cher Hanefi, votre  « Dieu n’est peut-être pas le mien et je m’en glorifie ». Vous faites allusion à quoi en accouchant ce langage oiseux? Certainement pas à l’héraldique, ou à l’armoirie quant aux hauts faits de guerre ou aux actes de bravoure de Abderrahmane Ould Boubacar? Sachez que cet officier n’a ni blason, ni tabar ni même écusson sur sa poitrine.

Ou pensiez-vous à la généalogie « des âmes bien nées », l’intéressé appartenant à une chefferie tribale, de ce fait intouchable, même s’il commet la plus ignoble des bêtises, à savoir l’injustice? Je vous apprends que mon ancêtre Nacer Ben Maghvar Ben Hassane, dès son arrivée au niveau du Sahara occidental, avant de pénétrer dans ce qu’on appellera plus tard Mauritanie, a fait un pacte avec un éminent érudit des Kounta, le Cheikh Sidi Mohamed El Kébir,au 15ème siécle.

Le but de ce pacte était d’entamer l’ébauche de l’édification du « Trab El Beidhane », la chefferie des Beni Maghvar étant à ce moment précis entre les mains de mon ancêtre Nacer.

Le deal entre le guerrier Hassane et l’érudit Kounta a permit, (après la finalisation de leur souhait par leurs descendants) la naissance de l’ensemble Maure qui comprend la Mauritanie actuelle, une partie du Mali(Azawad), des ramifications au Niger, au Tchad et au Sénégal (Ndar).

A noter que Cheikh Sidi Mohamed El Kounti, ancêtre de Cheikh Sidi Mokhtar El Kounti est le maître à penser de Cheikh Sidiya El Kébir,la sommité de Boutilimitt en particulier, du Trarza en général,voire même la sous-région sénégalo-mauritano-gambienne.

Mon cher Hanefi, je ne doute pas que vous puissiez lire l’Arabe et que vous vous penchiez sur le livre du grand érudit Oulad Nacer, Saleh Ould Abdel Wahab dont le titre est: « Haswe el Beissaniyé »(Tarikh Beni Hassane), datant du 18ème siècle. Et bien vous verrez notre arbre généalogique et la famille  « ehel krimbolé » (pseudonyme de mon aïeul) figurant parmi la vieille noblesse de souche des Beni Hassane.

Si cela ne vous suffisait pas,je vous invite à vous rendre à une vingtaine de km au Sud-Est de la ville d’Aioun El Atrouss, à Gremvelé, le fief de ma fraction (oulad Abdkrim) et vous serez plus édifié.Du côté de ma mère,je ne souffre pas non plus d’ambiguïté.

Car elle appartient à l’ensemble chérifien des Oulad Sidi Yahyé El Kébir (Tenwajiw Oulad Boumhamed) de Ain Farba. C’est la tombe du descendant de Sidi Yahyé El kébir, à savoir Sidi Yahyé Saghir, qui a été profanée par les terroristes à Tombouctou,il y a juste quelques petites années, devant les caméras du monde entier.

Si Abderrahmane Ould Boubacar est descendant des Oulad Abdallah (la lignée de Barkéni émir du Brakna), alors c’est mon cousin,sinon il va falloir lui trouver un autre point d’attache.N’en auriez-vous pas un, vous qui êtes spécialiste du prêche hébdo sur le portail du site cridem?.

Allons,allons le plus simple ne serait-il pas de raffermir la sunna de notre prophète Mohamed(psl) en réaffirmant que nous descendons tous d’Adam et de Hawa? Sur ce, passons aux choses plus importantes à mes yeux,et qui risquent d’entamer davantage votre vision olympique à l’image d’Epinal de votre très chanceux Abderrahmane Ould Boubacar. En tout cas jusqu’à ce qu’il ait été mis à l’épreuve de la dure réalité un certain 6 Août de l’an 2008.

B/Le colonel Abderrahmane Ould Boubacar ou le« prince » de Cheggar(sic)

1/ Quand l’incompétence accouche de l’injustice notoire

J’ai serré la main du capitaine Abderrahmane Ould Boubacar pour la première fois en 1986 à Fdérik alors que j’étais jeune lieutenant commandant le 413ème escadron de combat, et lui adjoint opérationnel de la 2ème région militaire.

Après un stage de 11 mois dans la prestigieuse école d’Artillerie de Draguignan,en France, je suis de retour en septembre 1988 pour occuper la section contrôle et vérification(du matériel) à la toute jeune direction de l’Artillerie, basée à l’Etat-Major National. L’Artillerie, cette  « arme savante » a souffert des lacunes de « ses pères fondateurs ».

D’ailleurs elle fait figure de parent pauvre jusqu’à nos jours,comparée aux armes du génie,des transmissions, du matériel,de l’intendance etc.. Les « pères fondateurs » de l’artillerie sol-sol classique tels Abderrahmane Ould Boubacar,Breika Ould M’Barek formés sur le tas pendant la guerre du Sahara à tirer des obus jusqu’à assourdissement, n’ont pas été, la paix revenue à mesure de démontrer l’importance de l’arme préférée du grand génie et stratège militaire Napoléon Bonaparte.

Si ces officiers ont finalement opté pour l’infanterie, ils savent qu’il est très difficile d’être un officier de tir. Le système de l’Otan forme les officiers de tirs afin qu’ils ne gaspillent pas les munitions payés par l’argent du contribuable. Le système Russe mise plutôt sur l’anéantissement total, sans l’efficacité. Que le peuple crève.

Ainsi pour balancer un seul obus pour un officier de tir formé en France, il faut au préalable tenir compte des éléments balistiques à savoir le poids de l’obus, la température de la poudre, l’âge du canon (l’usure des rayures du tube); des éléments aérologiques ou la vitesse du vent et enfin les éléments géographiques, à savoir la rotondité de la terre.

Seul le calcul exact de ces données peut garantir le traitement efficace de l’objectif, sans oublier bien sur les cas particuliers. Le colonel Abderrahmane Ould Boubacar n’a jamais appris cela.

C’est pour cette raison qu’il a été reversé à l’infanterie. Et si Breiké MBarek a réussi dans l’infanterie, ce n’était pas le cas de Abderrahmane Ould Boubacar protégé et propulsé par feux les colonels Yall Abdoulaye du Brakna ensuite le « parent » Ahmed Ould Minnih.

Ainsi Abderrahmane a voulu perpétuer le système du tutorat en donnant un cours de capitaine d’artillerie sol-sol classique octroyé par les USA pour la première et dernière fois d’ailleurs,sur ma demande en 1989, au lieutenant Mohamed Lemine Ould Moustapha, actuellement colonel et attaché de défense à New York.

Pour parfaire ma formation,dès mon retour de France, j’ai fait une demande de cours de capitaine aux Usa. Personne n’y croyait, même le chef du B3 (3ème bureau), car les Etats-Unis ne fournissaient que des bourses pour commandos. Et pourtant ils ont fini par répondre positivement.

Etant l’officier le plus ancien dans le grade,ayant fait 6 ans d’Anglais, ayant été à l’origine de la bourse, Ould Boubacar a balayé tous ces critères et l’a donnée à son parent.

Ce fût un tollé à l’Etat-Major en ce moment.Il paraît que feu Ould Minnih alors chef d’Etat-Major a dit « mais le lieutenant Mohamed Lemine, n’est-ce pas un arabisant sortant de Libye, que va -t-il faire aux USA? ». Abderrahmane a tenu à ce qu’il parte. Voilà cet officier sous son vrai jour:un homme injuste.Je le lui ai dit les yeux dans les yeux.

Raison pour laquelle, il m’expédia,quand il en a eu l’occasion avec toute ma batterie d’artillerie en septembre 1990 au PK 55, au nord de Nouadhibou pour 5 longues années. J’ai entendu plusieurs cas similaires d’injustice de sa part mais c’est à ceux qui ont subi de dénoncer.

Il faut dire qu’à cette période il y avait un sale climat entre les officiers de l’Est et ceux de l’Ouest qui s’observaient à couteaux tirés, les gens de l’Adrar ayant le pouvoir agissant en arbitres. L’Etat-Major était entre les mains des officiers de l’Ouest et Abderrahmane Ould Boubacar jouait le rôle primordial de meneur.

2/Le matamore du 6 Août 2008

Quand on n’a pas les moyens de ses prétentions,on doit vivre sa retraite dans la dignité. Que peut faire Abderrahmane Ould Boubacar, jeune capitaine, à plus plus forte raison un Abderrahmane à la retraite, sans troupes ni militants, rabougri par l’âge et les vicissitudes de la vie, le cachet de la surdité faisant foi?. La mort du colonel Ely Ould Mohamed Vall a été ressentie par tout le monde.

C’est une perte immense pour toute la république. Mais de là à dire que c’était préméditer, c’est mal connaître Mohamed Ould Abdel Aziz, qui avait réellement besoin de quelqu’un de la trempe de Ely pour mieux carburer. Abderrahmane tu es un guerrier, en tout cas biologiquement, or être un guerrier,c’est un état d’esprit.

Tu peux critiquer Aziz sur d’autres pans de sa politique,tout le monde le fait, c’est ton droit de t’exprimer librement en disant la vérité, cette fois. Mais mettre Ould Abdel Aziz en porte à faux avec ses cousins, est indigne d’un officier respectueux.

A ta place je m’effacerais de la scène publique car le 6 Août 2008, le seul instant où tu devrais prouver ton « impériosité », tu as failli être ligoté en tant que chef d’Etat-Major des Armées nommé par décret mourant.

Le sauveur a failli être humilié physiquement. N’eût été la présence d’un officier, dont je tairai le nom car (il est encore sous le drapeau), ta réputation de guerrier allait prendre un sacré coup. La seule fois où tu devais prouver le solde de tes 40 ans de service mérité, tu a été recalé.

Le 6 Août 2008,la bravoure était du côté de trois personnes:un colonel et un général d’aviation.Le 3ème c’est le président Aziz, qui a agi en officier pour rétablir son honneur bafoué, sa dignité sur le point de s’écorcher.

En cet instant Aziz n’était que chef d’un bataillon et toi Abder le Chef d’Etat-Major des Forces Armées de Mauritanie. Tu es comptable de tout ce qui s’est passé depuis ce jour. Alors fais comme le grand colonel Cheikh Sid’Ahmed Ould Babamine.

Lui au moins il a une bonne plume et toutes ses sorties font honneur à tous les officiers,morts ou vifs,actifs ou retraités. N’as-tu pas le bac « D » depuis 1972 (sic)? Alors parle-nous de stratégie militaire, d’histoire militaire, deviens consultant, j’ai hâte de voir tes écrits. Nous sommes en démocratie, tu peux faire de la critique objective, constructive, mais ta sortie récente est ratée.

Et surtout le but de ta dernière « randonnée » je crois,c’est de faire ombrage au général Meguett, en vue de le déstabiliser. Or ce patriote, natif de Cheggar comme toi, est devenu l’homme incontournable de cette localité. Ne serait-il pas mieux de consulter ce sage afin d’éviter d’éventuelles sorties intempestives?

Via Cridem
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire