Des juges mauritaniens accusés de Riba(usure) via le systéme « chipeco » (noms)

معالى وزير العدل الموريتاني الأستاذ: ابراهيم ولد داداهLe ministre de la Justice, maitre Brahim Ould Daddah, a dressé une liste de sept juges, à la suite de nombreuses plaintes portées contre eux , en raison de leur usage d’un systéme de pret d’argent par voie de ce qui est communément appelé « chipeco  » , sorte de transaction illegle religieusement ,classée  » riba » ( mensonge fiscal,  corruption ,usure).

 

Les plaintes auprés de la justice ne cessent de se   répéter en raison du retard délibéré pris par ces juges à payer leurs créanciers se couvrant sous la protection de leurs professions légales qui empêchent leur poursuite judiciaire, en raison de leur immunité mais aussi  comptant sur  la solidarité de leurs autres collègues  juges du ministère public,  qui ont reçu plusieurs plaintes les concernant auxquelles, ils n’ont pas manifesté d’intérêt.

Une source judiciaire de haut niveau  a confié  à  «essabq.info» que le ministre de la Justice, maitre  Brahim Ould Daddah, a dressé la liste de sept juges dont les noms suivent ,qu’il présentera  devant le Conseil superieur de la justice  pour prendre à leur encontre , la decision qu’il  juge appropriée:

1 Le juge Mohameden Ould Elouma, président du tribunal de de Bir Mogrein.

2 Juge Lemrabott Ould Mohamed Lemine, adjoint au procureur général de la Cour suprême.

3 Juge Abdoullah Ould Mohamed, président du tribunal de l’Assaba
4 Juge Choueikh  Ould Bab Ahmed , Directeur de l’agence «   materiel  sous sequestre « .

5 Juge Mohamed Mahmoud Ould El Ghazwany , Membre du Conseil constitutionnel.

6  Juge Mohamedou Ould Ejmeil, président du tribunal  de Chami.

7 Juge El Khalil Ould Boumen , Conseiller prés la Cour chargée des cas  d’esclavage à Nouadhibou

Tout cela se passe  encore chez nous qui  démontre   la réalité de la justice, des juges et l’ampleur des tromperies dans notre pays

Source : http://essabq.info/node/6208

Traduit par Adrar.Info

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire