https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Le meurtre de « Bouguarn » ouvre le débat sur les groupes d’ « extorsion » et flatteurs

L’une des histoires de meurtres les plus étranges  et les  «crimes d’honneur», commise aujourd’hui à Nouakchott, ouvre le dossier des groupes d’extorsion ( laudateurs, flatteurs, flagorneurs…)   ainsi que  leurs relations avec les personnalités publiques et les dirigeants politiques.

La rivalité, ces derniers temps,  entre un groupe de flatteurs  et des artistes a conduit à un profond désaccord qui a entraîné la mort,aujourd’hui, d’un homme dans un incident qui a choqué les habitants de la capitale Nouakchott.

Malik Ould Bouguarn , l’un des plus célèbres activistes des groupes  d’extorsion, est mort d’une arme meurtrière dans la poitrine que lui a portée, un employé de l’autorité de régulation des transports , nommé   Fadel Ould Ahmed Zidane, fils de Aicha Mint Chighaly ,présidente du fetival « Ardine »  organisé , la nuit derniére , par l’Association des femmes artistes.

Selon des sources concordantes , Bouguarn aurait  adressé des insultes à l’employé , lors d’une dicussion concernant le déroulement du festival, que sa mère supervise. C’est alors que l’employé a entrainé  Bouguarn   à l’extérieur du bâtiment de l’institution publique   pour  lui asséner  , avec une arme blanche, des coups mortels.

La victime, Malik Ould Bouguarn , accompagnait le président Mohamed Ould Abdel Aziz dans la plupart de ses voyages à l’interieur du pays , ainsi que certains de ses collègues, notamment Zidane Ould Oudaa appartenant tous au  groupe « Aatini ( donnes moi) ».

« Donnes-moi » est un groupe de laudateurs qui  utilisent les propos injurieux d’une part, et la louange d’autre part, pour obtenir de l’argent auprés de certaines personnalités .

Les agissements de ces individus ont été critiqués à plusieurs reprises car  contraires   à la morale et la loi.  La façon de les constater dans le cercle gravitant autour  du Président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz,a été également critiquée .

Ils se prennent en effet,  pour  ses proches soutiens  et les critiques acerbes  de ses adversaires à telle enseigne que tout le monde croit qu’ils reçoivent  des encouragements et des incitations financières du président Mohamed Ould Abdel Aziz et son épouse.

Le crime que les blogueurs mauritaniens ont rapporté et suivi , heure par heure,  sur les réseaux sociaux, en particulier Facebook, a rapidement attiré l’attention populaire et est devenu le principal sujet des discussions  tout au long de la journée.

Il a ouvert la porte au débat  concernant les  groupes d’extorsion, leur travail et leurs méthodes immorales de chantage.

Le site rapporte plusieurs commentaires de blogueurs  et internautes

 

Source : http://elafaq.net/node/2319

Traduit par Adrar.Info

 

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire