https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Le mécanisme contre la torture ignore le cas Ould Ghadda.

مدخل المستشفى العسكري حيث تلقى ولد غده العلاج قادما من معتقله لدى الشرطة (الأخبار - أرشيف)Une source familiale a declaré que le  sénateur Mohamed Ould Ghadda s’expose reguliérement à des crises  d’éssoufflement dans son lieu de détention à la direction de la police des  crimes  économiques. Crises dont il souffre depuis  les premiers jours de son arrestation et pour lesquelles,   il a été transferé à l’hopital militaire pour y  subir des traitements.

Sa famille  accuse le mécanisme national de prévention contre  la torture d’ignorer  la santé du sénateur malgré qu’il a informé les responsables de ce mecanisme  , lors de leur visite,  des crises qu’il subit.

La source familiale a indiqué que Ould Ghadda n’a pu dormir toute la nuit d’hier soir en raison de ces crises respiratoires qui ne cessent de ‘sintensifier , au fur et a mesure que le temps passe et en raison aussi des pesticides que les géoliers pulvérisent  dans son local de détention.

la source familiale  exprime sa surpise et son étonnement face à l’attitude de l’organisme de prevention contre la torture,  quant à  l’état de santé du sénateur qui, pourtant a donné aux   representants  de cet organisme , tous les details concernant  les maux dont il souffre , leur soulignant  son transfért , par le passé,à l’hôpital militaire pour  traitement et dans lequel il a passé toute une nuit de surveillance medicale.

Tout comme il les a informé qu’il voulait se rendre au Sénegal pour subir des examens médicaux mais que la police l’en a  empeché.

Le porte-parole de la famille a ajouté que Mohamed Ould Ghadda  a exigé  la présence d’un membre de sa famille pour assister à son traitement à l’hôpital militaire . Sa doléance a été rejetée  par les autorités, ce  qui  a  retardé davantage  son  traitement .

Source : http://www.alakhbar.info/?q=node/5637

Traduit par Adrar.Info

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire