https://c2.staticflickr.com/6/5293/5537225811_d3e1279c14_o.jpg

Tourisme : LE TAGANT: KHATT EL MEYNAN.( Photos)

Resultado de imagen de images tagantEn quittant le hameau de Letfetar, la route entre immédiatement dans l’Erg de Le’keyla qui vient buter sur la « dent » du Tagant, ne laissant à Moudjéria pour se nicher, qu’une maigre bandelette rocailleuse et accidentée.
De Moudjéria, la route longe la source qui descend en cascades du haut plateau et dans laquelle baigne en permanence la palmeraie d’Ehl Sada, s’enfonce dans la gorge, avant de monter presque à la verticale sur le flanc de la montagne.
Une fois au sommet, rares sont les voyageurs qui ne s’extasient pas en tombant sous le charme magique de cette dorsale, rendue célèbre par les poètes Ould Adoubba et Ould Le Gassri.
Devant au Nord, s’étendent les vallées et thalwegs de Gneyguira El Khadhra et le Guelb Eddikhen, se détachant sur fond de ciel azur, domine de son imposante stature, le oasis secrètes qui portent, visibles, les mystères des légendes immortelles.
Quelques kilomètres plus loin, la route amorce une descente abrupte, frôle les champs d’El Hassen Ould Mbekkou, et descend sur la ville de Nbeika, logée comme une perle dans le lit de Tamourt N’aaj.
En suivant le lit de la Tamourt, on s’aperçoit de l’importance du volume des matériaux que les eaux accumulent et charient à partir d’El Housseynia et de la Guelta de Matmata, on longe la citée néolithique d’Elvejha, avant d’entrer dans le village de Ntitam.
Ntitam est une petite bourgade, logée au fond du coude en angle droit qui devie le cours du Oued vers le Nord et qui marque son départ vers la cuve de Guebbou.
Située à l’est de Guebbou, Ziret El Aïche est un bouclier qui permet à l‘Oued Labiadh de rejoindre les Oueds Aglalib, pour constituer ensemble le second déversoir des eaux du Tagant, vers la cuve de Guebbou.
La piste, elle, contourne Guebbou par le Sud, traverse, comme un trait fatigué et irrégulier les Oueds Aglalibe, longe la petite chaîne frontale de Gasr El Barka, passe sur les plaines deTamra et de Nvar, avant de descendre sur le Khatt El Meynane par la faille de Jemjia.
De Jemjia on se guide à l’instinct ou au GPS. Toujours est-il qu’on remonte le Khatt, laissant à gauche les monts Harrouhe et Neir, on fait réserve d’eau à partir de la source de Aïn El Khadhra à droite ou du puits de Taloghza à gauche et pousse plus loin au Nord pour joindre là où le Oued Rachid termine sa course dans El Khatt.
On remonte l’oued Rachid ( la route est actuellement bitumée) on passe en dessous des Guelta de Taoujavet, avant d’arriver à la palmeraie et découvrir les vestiges de l’ancien Gsar.
De là, la route suit l’Oued, passe par la palmeraie de Louhweytat et pénètre la ville de Tidjika par le Nord-Ouest.

Ver imagen original

Ver imagen original

Ver imagen original

Ver imagen original

Mohamed Ould Beheit

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire